Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

Gaudete, c’était à Rixensart !

La messe radio-télévisée de ce dimanche de la joie a été tournée à l’église Sainte-Croix à Rixensart. Elle était célébrée par l’abbé Eric Mattheeuws, adjoint de Mgr Hudsyn, et responsable de l’Unité pastorale de Rixensart. C’est lui aussi qui a prononcé l’homélie que vous pouvez retrouver ici.

(Les photos ci-dessus sont des captures d’écran)

 

Pour écouter la messe, cliquez ici.

 

Et pour la voir… c’est ci-dessous (à partir de 0.29.45)

♠♠♠♠♠

Le troisième dimanche de l’Avent est dit « le dimanche de la joie ».

Savoir que Dieu est proche, attentif et plein de compassion, (…), qu’il est un père miséricordieux qui s’intéresse à nous dans le respect de notre liberté, est motif d’une joie profonde (saint Jean-Paul II).

Une tradition qui remonte loin

Il s’agit du troisième dimanche de l’Avent. L’antienne d’ouverture de la messe est la suivante : Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche. Il nous faut remonter à la tradition latine pour comprendre cette appellation : « Gaudete in Domino semper: iterum dico, gaudete! » Le mot gaudete est le premier de la seconde lecture des textes de l’Année B, donc de la lettre de Paul aux Thessaloniciens.

La couleur des vêtements liturgiques pendant cette période de l’attente qu’est l’Avent, est le violet. Ce jour-là, les ornements peuvent être roses ! D’ailleurs la couronne de l’avent est souvent composée de trois bougies rouges et d’une rose, allumée le troisième dimanche. Cette pédagogie n’est pas propre à l’Avent : pendant le Carême, il y a le dimanche de Laetare, où la couleur rose peut être aussi de mise.

Pourquoi le dimanche de la joie ?

Disons que, dans ce temps de pénitence, l’Église nous invite à faire une pause pour reprendre souffle jusqu’à la fête de Noël. Nous sommes dans l’attente joyeuse de la célébration annuelle de la naissance de Jésus, venu de Dieu en notre chair, pour nous sauver. Les textes liturgiques nous invitent à la joie, et cela pour toutes les lectures des trois années A, B et C.

En 2021, nous sommes dans l’année C et nous écoutons donc les textes venus de : Sophonie 3, 14-18a ; du Cantique d’Isaïe 12, 2. 4-6 ;  de la lettre aux Philippiens 4, 4-7 ; de l’évangile de Luc 3, 10-18.

Voici un extrait de l’Angélus du dimanche 13 décembre 2020, par le pape François

L’invitation à la joie est caractéristique du temps de l’Avent : l’attente de la naissance de Jésus, l’attente que nous vivons est joyeuse, un peu comme lorsque nous attendons la visite d’une personne que nous aimons beaucoup, par exemple un ami que nous n’avons plus vu depuis longtemps, un parent… Nous sommes dans une attente joyeuse.

Et cette dimension de la joie apparaît surtout aujourd’hui, troisième dimanche, qui s’ouvre sur l’exhortation de saint Paul : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur » (Antienne d’entrée ; cf. Ph 4, 4.5). « Réjouissez-vous ! » La joie chrétienne. Et quelle est la raison de cette joie ? Que « le Seigneur est proche » (v. 5). Plus le Seigneur est proche de nous, plus nous sommes dans la joie ; plus Il est loin, plus nous sommes dans la tristesse. C’est une règle pour les chrétiens.

Un jour, un philosophe a dit plus ou moins ceci : « Je ne comprends pas comment on peut croire aujourd’hui, parce que ceux qui disent croire ont un visage de veillée funèbre. Ils ne témoignent pas de la joie de la résurrection de Jésus Christ ». Tant de chrétiens ont ce visage, oui, un visage de veillée funèbre, le visage de la tristesse…

Mais le Christ est ressuscité ! Le Christ t’aime ! Et tu n’as pas de joie ? Réfléchissons un peu à cela et disons : « Est-ce que j’éprouve de la joie parce que le Seigneur est proche de moi, parce que le Seigneur m’aime, parce que le Seigneur m’a racheté ? »

Consultez la méditation du père Adrien Lentiampa, sj,
pour vous aider à entrer dans la joie 😉


Source : La Croix

Sur le même sujet

Derniers articles