Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

Rechercher

Devenir visiteur, pourquoi pas moi ?

De plus en plus de personnes âgées souffrent de solitude, se sentent comme un fardeau… Face à ce constat, la pastorale de la santé souhaite élargir ses équipes de visiteurs pour se faire proche des plus fragiles. Découvrez la mission des visiteurs.

Tisser du lien : Nous sommes nés pour les relations !

peinture de Bernadette Lopez représentant un homme qui en relève un autre.
Peinture de Bernadette Lopez

Les visiteurs jouent un rôle crucial dans la création de liens humains authentiques. Ils offrent un précieux cadeau de temps libre et une présence désintéressée à ceux qui se sentent souvent oubliés ou mis à l’écart.

Visiter en maison de repos, écouter le témoignage de Delphine et Isabelle dans notre podcast sur 1RCF.

Du temps … gratuit !

Un aspect clé de cette mission est la gratuité du temps offert par les visiteurs. Contrairement à de nombreux aspects de la vie moderne, où le temps est souvent contraint par des horaires et des obligations de rentabilité, les visiteurs ont la liberté de consacrer leur temps sans contrainte lors de leurs visites.

Ce temps devient un espace où le visiteur et la personne visitée peuvent simplement être ensemble, sans pression extérieure, ce qui peut souvent être une expérience très significative pour les deux parties.

Le rôle de visiteur met en lumière la valeur profonde de la présence humaine et du contact direct. À une époque où beaucoup d’interactions ont lieu de manière virtuelle ou superficielle, les visites en présentiel offrent une occasion précieuse de connexion réelle, chaleureuse et humaine.

Les visiteurs incarnent une approche de la relation fondée sur la gratuité, où la personne visitée est reconnue pour ce qu’elle est intrinsèquement, et non pour ce qu’elle fait.

Une opportunité pour les visiteurs

En outre, il faut souligner que les personnes malades ou isolées ont réellement quelque chose à nous apporter et font partie de notre société.

« Quand je visite quelqu’un, c’est en quelque sorte comme si le temps s’arrêtait. Je suis là pour celui que je visite et tout le reste cesse d’exister. Nous sommes simplement là, ensemble : lui et moi. C’est un vrai cadeau que nous offre la personne visitée car elle nous donne l’occasion de sortir, le temps de la visite, de cette course frénétique contre la montre. D’appuyer simplement sur PAUSE !»

C’est pour nous rappeler leur importance que le Pape Jean-Paul II a instauré une Journée mondiale des malades.

Une culture de la rencontre

L’expérience qui suit témoigne bien de la façon dont ces visites peuvent non seulement offrir du réconfort, mais aussi restaurer un sentiment de dignité et de valeur chez ceux qui se sentent marginalisés :

« J’étais en mission dans un pays dont je ne parlais pas la langue. Un jour, avec mon interprète, nous sommes abordées par un homme. Il nous dit avec une émotion retenue : « Je voudrais vous remercier parce-que chaque jour vous passez en nous saluant. Les ONG ici nous apportent de la nourriture, et c’est bien. Mais elles prennent rarement le temps de s’arrêter pour discuter avec nous. J’ai parfois l’impression d’être comme un chien à qui on vient remplir la gamelle ! Vous n’imaginez pas comme votre « bonjour » ou votre sourire me disent que je suis un être humain et m’aident à retrouver ma dignité. » Je n’oublierai jamais cette rencontre ! Aujourd’hui encore, elle me sert lors de mes visites en maison de repos.»

Le Pape François nous interpelle régulièrement pour nous sensibiliser aux défis auxquels les personnes vulnérables font face dans la société moderne. Son appel à une « culture de la rencontre » et à une plus grande solidarité avec les membres fragiles de la société résonne avec l’objectif de la pastorale de la santé de se faire proche des personnes en difficulté.

Que faut-il pour devenir visiteur ?

Pour être visiteur, il faut ‘être à l’aise avec ce que l’on peut offrir et le temps que l’on est prêt à consacrer. Parfois, certaines personnes nous disent : ‘Je souhaite rendre visite à des personnes, mais je ne suis pas confortable à l’idée de porter la communion.’ Ou encore ‘Je n’ai que 2 h à offrir…’ Tout cela est très bien !

Pour être visiteur, pas besoin d’avoir des compétences spécifiques. Cependant, il faut être disposé à écouter, à accompagner et à respecter les personnes que l’on visite. Et comme le disait un visiteur engagé depuis de nombreuses années : « il faut être conscient que le Seigneur nous précède avant d’entrer dans la chambre de la personne que nous allons rencontrer ».

La pastorale de la santé offre un soutien continu aux visiteurs. Elle organise des formations, des réunions régulières et un encadrement par des coordinatrices régionales. Ces initiatives visent à renforcer les compétences des visiteurs, à favoriser la réflexion sur leur mission. Elle les aide aussi à avoir un engagement spirituel et humain authentique dans leur travail de visite.

En résumé, les visiteurs jouent un rôle vital dans la lutte contre la solitude et l’isolement. Ils offrent une présence désintéressée et un soutien fraternel aux personnes les plus fragiles de la société. A l’image de Jésus « visiteur », ces visites incarnent une approche de la relation fondée sur la gratuité, la dignité humaine et la solidarité. Cela répond à l’appel du Pape François pour une société plus humaine et plus solidaire.

Alors : visiter, pourquoi pas vous ?

Si vous êtes intéressés, contactez la pastorale de la Santé :  sante@bwcatho.be ou au 0493.11.51.44

Pour aller plus loin