Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

De la lumière et de l’eau… Écho de la nuit pascale à Marbais

Samedi 16 avril à 21h. Le feu crépite sur le parvis de l’église de Marbais, petit à petit des personnes se rassemblent autour du brasero. Est-ce une nouvelle manifestation ? Une personne prend la parole, peut-être un délégué syndical, il est habillé d’une drôle de manière avec un chapeau comme saint Nicolas (*). De quelles revendications va-t-il nous parler ?

Là, surprise ! Il nous parle de veiller, de veiller et prier… Veiller et prier dans la nuit, veiller et prier autour d’un feu, veiller et prier en propageant la chaleur et la lumière de ce feu, veiller et prier pour passer des ténèbres à la Lumière, pour passer, comme le Christ, de la mort à la résurrection.

Puis, nous portons à bout de bras, la Lumière du Christ que nous partageons de cierge en cierge, c’est ainsi, qu’issue du feu sacré, se propage la petite flamme qui nous illumine.

« Et Dieu dit : « Qu’il y ait des luminaires au firmament du ciel, pour séparer le jour de la nuit ; qu’ils servent de signes pour marquer les fêtes, les jours et les années ; et qu’ils soient, au firmament du ciel, des luminaires pour éclairer la terre. » Et ce fut ainsi. Dieu fit les deux grands luminaires : le plus grand pour commander au jour, le plus petit pour commander à la nuit ; il fit aussi les étoiles. Dieu les plaça au firmament du ciel pour éclairer la terre, pour commander au jour et à la nuit, pour séparer la lumière des ténèbres. Et Dieu vit que cela était bon » (Gen 1,14-18).

La lune et les étoiles répandent une lumière qui ne vient pas d’elles-mêmes, elles sont le reflet d’une autre lumière, celle qui commande le jour. Au plus profond de nos nuits, des témoins sont là pour en diffuser les éclats… « et Dieu vit que cela était bon ». Et puisque Dieu vit que cela était bon, nous sommes invités nous aussi à être ces étoiles qui réfléchissent sa Lumière.

C’est l’un des enseignements de la cérémonie de la nuit pascale. La litanie des saints nous rappelle aussi que Dieu a besoin de ces témoins pour raviver la flamme. Notre foi, nous ne l’avons pas pour nous et rien que pour nous, elle doit se propager telle cette flamme disséminée dans l’église. Elle doit être transmise à qui nous tend un cierge dans l’espérance de recevoir cette lumière. C’est aussi notre rôle de chrétien de prêter attention à ce cierge tendu, parfois timidement.

Elle voulait recevoir la Lumière… et elle a reçu de l’eau sur la tête ! Encore un paradoxe de notre Église : pour recevoir la Lumière, il faut savoir se mouiller. C’est ce qu’a vécu Lally en cette nuit de Pâques. Après avoir professé sa foi, elle a reçu le baptême, puis a été marquée de l’huile sacrée pour être imprégnée de l’Esprit Saint.

Être baptisé à l’âge adulte réclame foi, motivation, endurance et accompagnement ; un parcours catéchuménal réparti sur deux ans, ce n’est pas chose aisée quand on connaît les agendas chargés des jeunes adultes. Félicitations à toi, Lally, et nous continuons à prier pour que Dieu te donne la force, à toi et aux autres nouveaux baptisés, de rester fidèle à votre engagement.

Un baptême d’adulte, cela fait des décennies que nous n’avions connu dans notre paroisse, qu’il renforce notre espérance et soit une motivation supplémentaire à refléter la Lumière qui nous habite en tant que chrétien.

André Herry

(*) Comme vous le voyez sur les photos, il s’agissait de Mgr Jean-Luc Hudsyn, venu célébrer Pâques avec nous 😉 !

Pour lire l’homélie de Mgr Hudsyn pour cette nuit, cliquez ici.

Photos : © André Herry

Sur le même sujet

Derniers articles