Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

Ne servons pas de plats trop salés à nos jeunes…

Ce 25 mars, pas moins de 70 personnes actives auprès des jeunes se rencontraient derrière leurs écrans pour une soirée qui aurait bien pu durer toute la journée tellement le sujet suscitait des questions et des réactions ! à l’origine du thème de cette soirée, des questionnements : Est-ce que Dieu et la foi intéressent encore les jeunes aujourd’hui ? Comment aborder ces questions sans paraître en décalage avec la société ? Comment les accompagner dans leur quête de sens avec un regard chrétien ? Comment réveiller l’essentiel dans le cœur des jeunes ?

Bien décidés à ce que le corona ne nous prive pas du côté convivial qui nous semble être un ingrédient indispensable dans le déroulement d’une soirée réussie, nous avons trouvé un moyen pour réunir tout le monde autour d’un apéro copieux : en un clin d’œil, les membres de la Pastorale des Jeunes se sont successivement transformés en cuisiniers et facteurs pour la réalisation de colis gourmands et la livraison de ceux-ci au domicile de tous les participants. Une vraie joie de pouvoir échanger quelques minutes sur le pas de la porte… La crise sanitaire rend ces rares moments en présentiel si précieux !

C’est donc en union de cœur… et de gourmandises que cette soirée a débuté chaleureusement avant d’entrer dans le vif du sujet.

Pour répondre à ces grandes questions autour de la transmission de la foi, nous avons été accompagnés par Agnès Charlemagne, formée à l’Institut de Sciences et Théologie des Religions de Marseille. S’inspirant de la méthode Montessori qui prône l’écoute, l’autonomie et la confiance en soi, Agnès imagine une pédagogie axée sur la parole et la rencontre pour aborder la question de Dieu.

Sa méthode ne cesse de porter des fruits concrets auprès des jeunes et de reconstruire les ponts brisés entre l’Église et la nouvelle génération.

L’écoute en est la clé de voûte, comme nous le démontre Jésus. « De quoi parliez-vous en marchant ? », demande-t-Il aux disciples d’Emmaüs (Lc 24,17). Jésus les écoute avant de leur expliquer quoi que ce soit, et ne tente pas de leur dire qu’il s’avère être justement celui qu’ils regrettent. Ce n’est que par après que les disciples se rendent compte par eux-mêmes qu’ils avaient rencontré le Christ.

C’est la même chose avec les jeunes, le secret de la transmission de la foi est justement dans l’art de les écouter avant de parler, de faire jaillir ce qui se loge au plus profond d’eux-mêmes, de les laisser s’exprimer, d’entendre leurs propres réponses et de les relier ensuite à la Parole de Dieu. Car en Dieu, tout est lié. Le pape François ajoute : « Quand l’église abandonne les schémas rigides et s’ouvre à l’écoute disponible et attentive des jeunes, cette empathie l’enrichit car elle permet aux jeunes d’apporter quelque chose à la communauté, en l’aidant à percevoir des sensibilités nouvelles et à se poser des questions inédites » [Christus Vivit n°65].

En étant à l’écoute des jeunes et de leur ressenti par rapport à la foi chrétienne, on observe que l’Église a transformé la foi en « ce qu’il faut savoir » au lieu de « ce que nous devons être ». On pense qu’à chaque question posée par un jeune, il faut pouvoir fournir une réponse toute faite pour qu’il acquière ce savoir. Or, le prêt-à-penser ne fonctionne pas avec les jeunes de ce siècle. On leur présente un Dieu extérieur qu’ils ne comprennent pas, alors qu’il faut d’abord leur parler du Dieu intérieur et proche d’eux pour qu’ils fassent l’expérience de la rencontre intime avec le Seigneur, à l’image des disciples qui ressentaient leur cœur brûlant. Les paroles des jeunes sont des psaumes, car Dieu n’est pas loin là-haut dans le ciel, il est en eux, il est en nous, il est l’autre.

Il faut que les jeunes vivent des moments merveilleux, c’est comme ça qu’ils découvriront que Dieu est lui-même LA merveille. Et comment leur proposer ces moments-là ? à nouveau, en les écoutant, en leur faisant confiance, en laissant place à la spontanéité et l’inattendu, en étant accueillant, en utilisant le même langage qu’eux, en dialoguant. Dans nos œuvres d’évangélisation, Dieu nous précède toujours. L’Esprit du Christ est déjà présent dans les cœurs. Tout ce que nous pouvons espérer faire, c’est L’aider de notre mieux pour que les jeunes Le perçoivent.

À la question posée par un jeune croyant entouré de jeunes athées, lors d’une rencontre avec le pape François : « Qu’est-ce que je dois leur dire pour qu’ils croient dans le Christ ? » , le Saint-Père dit encore : « La dernière chose à faire est de leur dire quelque chose. La vie du chrétien, c’est de témoigner en vivant dans le style de l’évangile. Ils pourront nous poser des questions, nous pourrons dialoguer. L’essentiel est la fidélité et non la réussite ».

Jésus nous dit d’être le sel de la Terre mais nous donnons des plats trop salés à nos jeunes et c’est immangeable pour eux. Lors de cette soirée, nous avons fait bien attention à ne pas mettre trop de sel, ni dans nos colis gourmands, ni dans les échanges afin que chacun puisse venir avec ses propres épices.

Ci-dessous, le retour de quelques participants qui, nous l’espérons, pourront compléter les différentes saveurs de cette soirée captivante.

L’équipe de la Pastorale des Jeunes


 

Qu’en disent les participants ?

Un énorme merci pour la soirée que nous venons de vivre. J’avoue que je m’y suis inscrite en mode déprime. Genre, je viens mais je ne veux pas venir. J’ai le blues à cause du nouveau confinement et je viens de me prendre une claque de la part de mes quelques jeunes du pôle jeunes qui ne supportent pas notre « messe des jeunes » et qui n’ont pas envie de venir à notre prochaine activité. Je viens mais je veux juste arrêter le Pôle jeunes parce que dans mon UP, je n’y crois plus.

Et puis Agnès Charlemagne nous a lu ses deux colonnes et le fossé qui existe entre elles : d’un côté la façon dont nous vivons notre foi intérieure : amour infini, confiance, paix, pardon… et de l’autre côté, la façon dont les jeunes voient cette même foi, y compris mes enfants : arriérée, rigide, ennuyeuse, moralisatrice, …

PAF ! Exactement ! Exactement ce que mes ados me disent à la maison, exactement ce que je ressens moi aussi vis-à-vis de ma paroisse ! Dans ma paroisse, je n’y crois plus.

Je suis restée accrochée, questionnée et tourneboulée ! J’espère que mon petit cerveau et mon petit cœur vont trouver le moyen de mettre ça en pratique… ou au moins laisser l’Esprit le mettre en pratique dans nos groupes Pôle jeunes et Catéchisme, voire même en paroisse. Vraiment merci !

 

Ce petit mot pour vous remercier pour la soirée exceptionnelle que j’ai passée grâce à vous !

La journée avait déjà bien débuté avec l’arrivée de Séverine avec ce paquet cadeau
qui a fait la joie de toute la famille (je ne pouvais tout de même pas garder ça pour moi) !

Pour moi le langage de l’Église est un réel problème pour les jeunes
mais aussi pour la majorité des adultes ! J’en étais déjà consciente
mais je n’avais pas les solutions pour y remédier.

Cette soirée m’a donné une réponse et une envie d’avancer vers une Église nouvelle
(pourquoi ne pas appliquer le même principe aux adultes « loin de l’Église » …) !

 

Merci pour ce beau moment d’hier soir ! Tout était présent pour une belle réussite !

En tous les cas, la boîte déposée à domicile était vraiment délicieuse et Éco ! Super !

Le partage : très chouette ! Le temps d’exposé d’Agnès Charlemagne un peu trop court à mon goût mais très intéressant. Chouette ambiance, ce qui est important de nos jours en cette pandémie. 

Bref, une soirée inoubliable !

 

Merci beaucoup à toute l’équipe pour l’organisation de la soirée des animateurs :
la box, la livraison directement à la maison,
les échanges entre animateurs, la bonne humeur, …

Je ne pouvais pas rester jusqu’au bout mais tout ce que j’ai vécu était super top.
Vous nous donnez beaucoup d’espoir, d’énergie et de motivation
pour nos prochaines activités avec les jeunes !
(D’ailleurs, je m’étais dit 20h-20h30 comme limite mais
finalement je suis resté jusque +/- 21h20, tellement j’étais bien !!!).

Continuez ce beau travail !

 

Par ce petit mot je voulais vous remercier chaleureusement pour le tout bon moment passé à savourer votre « boîte à merveilles culinaires » tout en participant à la conférence d’Agnès Charlemagne. C’était délicieux, dans les deux sens du terme !

Le lendemain, au cours, je me suis efforcée de prendre le temps d’écouter les jeunes de ma classe, avec bien plus d’attention que d’habitude et j’ai mesuré combien certains en avaient besoin. Je reste dans la recherche vraiment, de langages ajustés pour rejoindre les jeunes qui sont si loin de l’Église… et il m’a semblé que cette conférence en confirmait la nécessité.

MERCI !

 

De TOUT COEUR, un grand MERCI pour cet atelier
auquel nous avons pu participer le 25 mars dernier !
Que de surprises et quel beau moment vécu entre animateurs !

Cette formation avec Madame Charlemagne était très intéressante
et a pu me nourrir profondément dans ma foi liée à l’accompagnement de Jeunes.

Nous avons été gâtés. Les petits plats préparés avec tout votre amour,
nous ont ravis et ont contribué à la belle convivialité de cette chouette soirée !

De tout cœur, MERCI !

 

Encore un énorme merciii !!!

  • Pour le colis gourmand
  • Pour le choix et la qualité du témoin Agnès Charlemagne ! C’est vraiment éclairant et boostant, comme témoignage !
  • Et pour l’organisation !

Sur le même sujet

Derniers articles