Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

Journée mondiale des pauvres : « Vous êtes un cadeau de Dieu »

À Banneux pour la Journée mondiale des Pauvres 2021 – Écho du Brabant wallon

Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous (Mc 14,7)

Le WE des 13 et 14 novembre derniers, un pèlerinage interdiocésain se déroulait à Banneux dans le cadre de la Journée mondiale des Pauvres. Ce projet, né à l’initiative de l’Asbl Fratello*, relayé par le Service des Solidarités du Bw et orchestré par le Sanctuaire de Banneux et des associations de Liège, rejoints également par des pèlerins de Bruxelles et du Grand-Duché du Luxembourg, fut un temps fort de prière et de fraternité.

La délégation du Brabant wallon a donc quitté Wavre pour Banneux le samedi 13 novembre à 10h30 avec 2 mini-bus dans lesquels avait embarqué un groupe de 20 personnes enthousiastes. Accueillis à l’Hospitalité avec un bon potage, nous avons pu faire plus ample connaissance et déguster un pic-nic préparé avec Jean-Luc et Bernadette Gandibleux, accompagnateurs volontaires de l’Association Saint-Vincent de Paul de Rixensart.

Nous avons retrouvé les pèlerins des autres diocèses dans la grande église de la Vierge des pauvres et là, après avoir visionné le film relatant les apparitions, nous nous sommes répartis en groupes pour partager nos impressions et notre ressenti face à ce vécu exceptionnel de la petite Mariette Beco.

L’adage dit La pluie n’arrête pas le pèlerin… Nous voilà donc partis vers la chapelle des Apparitions où Mgr Hudsyn nous a rejoints pour guider notre prière. Ensemble, nous avons cheminé vers la Source, car, comme Mariette, nous avons suivi le chemin que la Vierge nous a montré. Le chemin qui mène à la source d’eau vive, la source de vie, son fils, Jésus. Autour de la Source, et grâce à une accalmie du ciel, nous avons pu nous recueillir et plonger nos mains dans l’eau de source comme la Vierge l’a proposé à Mariette. Nous avons prié et partagé nos intentions. Grégory n’a pas pu se joindre à nous mais nous a confié son témoignage qui se clôturait par une belle phrase : « Je désire que toutes les personnes qui vivent des moments durs dans leur vie, qu’elles puissent comprendre que la vie peut encore être belle ». Ce moment fort a permis de sentir toute la bienveillance et la confiance qui existaient dans la délégation brabançonne alors que les personnes ne se connaissait pas la veille…

Ensuite, l’ensemble des pèlerins s’est retrouvé dans la grande église pour la veillée de la Miséricorde. Un grand moment d’unité animé par la chorale du Poverello de Banneux, nous offrant des instants de réflexion, de prière et de chant de la chorale du MEJ. La veillée s’est terminée par la procession aux flambeaux ; présidée par Mgr Jean-Luc Hudsyn, elle nous a tous menés jusqu’à la Source.

Après un bon repas convivial, préparé par des bénévoles de Banneux, et dont les ingrédients étaient offerts par de nombreux magasins donateurs, le repos était le bienvenu !

Notre groupe du Brabant wallon a débuté la journée du dimanche par une marche des 5 sens dans la belle forêt avoisinante. Un moment fort apprécié, d’une grande intensité, où chacun a pu partager son ressenti face à ce que la nature peut nous offrir. L’arrêt à la stèle du chemin de croix où Simon de Cyrène aide Jésus fut également un moment fort, lourd de sens pour chacun des pèlerins.

La célébration du dimanche a été animée à nouveau par les chants du Poverello et présidée par Mgr Kockerols, qui a pris pour fil rouge : Fratelli Tutti : nous sommes tous frères… et sœurs.

Un grand moment de convivialité s’est vécu grâce au repas de midi sous forme d’auberge espagnole. Il y en a eu plus qu’il n’en fallait !

Ce beau WE s’est terminé par une visioconférence internationale proposée par Fratello afin de partager quelques témoignages de pèlerins des quatre coins du monde. Donica et Djon, pèlerins du Bw, ont dignement représenté la délégation de Banneux.

Le message du pape François (https://www.youtube.com/watch?v=6P2cEek2ks4) et la bénédiction par Monseigneur Delville ont clôturé ces deux magnifiques journées.

Nous sommes rentrés vers notre quotidien, les yeux remplis d’étoiles et le cœur gonflé d’amour et d’espoir reçus de la Vierge des pauvres et des rencontres vécues.

Nous remercions tous les organisateurs ainsi que les donateurs, mais surtout chaque pèlerin qui par sa présence, son souci de l’autre, son sourire et son amitié partagée, a pu contribuer à la réussite de ce bel évènement.

Pour le Service des Solidarités,
Catherine Moens

Voir aussi :

* l’association Fratello créée en France dans l’élan de l’instauration de la Journée mondiale des Pauvres en 2017 propose, tous les deux ans, un pèlerinage international avec des personnes en précarité dans un lieu symbolique : Rome (2017) puis Lourdes (2019). Fratello promeut la JMP en donnant des pistes de réflexion et d’animations. L’équipe Fratello est composée de laïcs engagés au service d’une Église pauvre pour les pauvres. https://wearefratello.org/

♥♥♥♥♥

Ci-dessous, retrouvez l’article d’Anne-Françoise de Beaudrap sur le site de CathoBel 

Repas fraternel, découverte du sanctuaire de Banneux, messe et temps de prière, ainsi qu’un rendez-vous connecté avec le monde entier. Des centaines de personnes connaissant la pauvreté ont vécu un week-end à part, ces 13 et 14 novembre. Ils ont répondu à l’invitation du pape en créant une fraternité nouvelle.

« Comme évêque, je suis venu vous dire à quel point vous êtes important pour l’Église. » Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de Bruxelles, s’adressait aux centaines de personnes qui assistaient à la messe de la , ce dimanche 14 novembre. La phrase prononcée par Mgr Kockerols était autant valable pour Mgr Hudsyn (évêque auxiliaire pour le Brabant wallon) venu la veille, et Mgr Delville (évêque de Liège) présent l’après-midi, sans oublier l’évêque auxiliaire de Luxembourg, Mgr Leo Wagener.

« Comme évêque, je suis venu vous dire à quel point vous êtes important pour l’Église. »

Mgr Kockerols, évêque auxiliaire de Bruxelles 

Quatre évêques se sont donc relayés à Banneux, et parfois trois d’entre eux étaient présents au même moment, à la rencontre des pauvres. Ils ont pu passer du temps avec ces pèlerins venus de Bruxelles, du Brabant wallon, de Liège ou du Luxembourg ; des hommes et des femmes ainsi que quelques familles qui ont fait le déplacement vers Banneux dans le cadre d’un rassemblement dénommé Fratello. « Ce n’est pas une marque de spaghetti », commentera avec humour l’évêque de Bruxelles, en expliquant aux participants que ce mot italien signifie Frère, et qu’on devrait lui accoler Sorella (sœur, en italien).

Marie nous sourit

Le programme de ce week-end Fratello était profondément ancré dans la configuration du sanctuaire de Banneux, et sur le message que la Vierge Marie y est venue apporter. « Je suis la Vierge des pauvres », a-t-elle confié à Mariette Becco lors de sa troisième apparition en janvier 1933, avant de préciser : « je viens soulager la souffrance ».

Les participants du rassemblement ont eu l’occasion à plusieurs reprises de se familiariser avec l’histoire de ce sanctuaire marial. Une visite des différentes chapelles, malheureusement contrecarrée par une pluie battante, a fait découvrir les multiples aspects du lieu. Heureusement la pluie s’était atténuée le soir pour la procession aux flambeaux depuis la grande église en direction de la Source.

« C’était impressionnant de voir la statue de Marie nous faire face, toute lumineuse », nous a confié une participante, « c’était comme une apparition pour nous ! » John et Donika, un couple apparu au nom de la Belgique dans une communication avec les autres rassemblements Fratelli, reviennent sur cette procession : « Marie nous sourit, elle marche devant nous ».


En suivant la Vierge des pauvres

Les différents participants de ce week-end à Banneux auront ramené de nombreux souvenirs dans leurs bagages : des temps conviviaux autour des repas fournis à l’Hospitalité, même si le fait de devoir présenter le Covid Safe Ticket en a freiné certains, la rencontre d’autres personnes en situation de précarité, quelques chants dansés par la chorale rwandaise qui ont donné l’impulsion à d’autres mouvements…

Les personnes venues pour cette journée mondiale des pauvres ont pu emporter deux souvenirs palpables : le samedi, un morceau de tissu imprégné de parfum a été distribué dans l’assemblée, pour symboliser l’onction que la femme de Béthanie a versé sur Jésus (Marc 14,1-11 -qui a inspiré la représentation scénique du samedi soir) ; le dimanche, en fin de week-end, une médaille de Notre-Dame de Banneux, bénie par Mgr Delville, a été donnée à chaque participant avant qu’il ne regagne son car, bus ou voiture.

Une proximité par la prière

Le temps fort de cette cinquième journée mondiale des pauvres consistait pour beaucoup dans le message vidéo du Pape.

« Comme je suis heureux d’être avec vous en ce jour ! a commencé le pape François. Je me sens très proche de vous ; je veux rappeler à tous, et à chacun, combien Dieu nous aime, et combien Dieu vous aime ».

François, qui est à l’origine de cette journée mondiale des pauvres, explique ensuite : « Il est possible que le mot « pauvre » choque certains. Mais en vous voyant, je veux crier au monde que l’Église a une Bonne Nouvelle : Jésus a besoin de vous pour sauver le monde. Si nous nous reconnaissons pauvres, nous reconnaissons un manque, alors Dieu pourra venir dans ce manque. »

Le message vidéo se poursuit par des mots forts : « Je vous demande pardon, au nom de tous les chrétiens qui vous ont blessés, ignorés, humiliés. Chaque homme, chaque femme est le temple de Dieu, vous êtes temple de Dieu, vous êtes le trésor de l’Église. Votre place n’est pas à la porte des églises, mais au cœur de l’Église. Sachez que vous êtes les préférés de Dieu. Parmi vous se cachent des saints. »

Les mots adressés par le pape François s’inscrivaient dans un relais des différents rassemblements Fratelli à travers le monde. Liban, Chili, Centrafrique, etc. se sont connectés par le chant et la prière pour partager des témoignages pleins d’espérance. Magali, du Liban, par exemple, racontait comment elle a fait « confiance en Dieu » pour fournir jusqu’à 500 plats à des nécessiteux à cause de la crise économique : « Dieu seul sait de quoi nous avons besoin ».

Tout au long du week-end, la solidarité était à l’œuvre à Banneux. « C’est un miracle, ou la communion, qui fait que mon groupe est complet pour assister à la messe », résume une organisatrice venue de Bruxelles après avoir passé du temps à rassembler les personnes de son groupe dispersées à travers le sanctuaire.

En voyant les sourires (derrière les masques) à l’issue du week-end, le bilan semble positif pour tous ces ‘pauvres’ qui ont pu se dépayser le temps d’un week-end et se ressourcer à la source de Banneux.

Anne-Françoise de Beaudrap

📽 Voici aussi ce reportage assuré par Jacques Galloy, pour 1RCF :


Source : CathoBel

Photos : © AEN

Sur le même sujet

Derniers articles