Une mosquée à Court-Saint-Etienne

Pose de la première pierre de la Mosquée Assalam de Court-St-Etienne : un événement chaleureux, tant intergénérationnel qu'interconvictionnel

L’événement a eu lieu, le 24 février 2019, au 169, av. des Combattants, sur le terrain de l’ancienne résidence Chantebrise pour personnes âgées. Le sol avait été fraîchement égalisé et recouvert en partie de gravier.

Nous attendaient déjà de nombreux Marocains, arrivés en 1964, d’abord seuls, puis avec leurs familles, et qui, en venant travailler dans l’usine métallurgique d’Henricot, ont contribué à son essor ainsi qu’au développement économique de la région pendant de nombreuses années.
Plus loin, sur le terrain, leurs épouses et leurs filles en vêtements de fête, terminaient de couvrir des tables avec des mignardises qu’elles avaient préparées.
Plusieurs personnes, jeunes, assuraient l’accueil, le service et la conduite des différentes parties de l’après-midi.


De nombreux discours ont été tenus.
En voici quelques extraits :


Celui de Jellouli Abdel
"Lieu de prière et d’enrichissement culturel, la mosquée Assalam se voudra être le cœur spatial de la communauté, un lieu de rayonnement, de tolérance et un point de convergence ouvert à l’autre. Elle saura être digne de l’entente fraternelle qui existe depuis toujours entre les communautés de notre belle commune, mais aussi de la région.
Sobre et moderne, la mosquée s’intégrera parfaitement à son environnement et viendra illuminer le quartier grâce à son architecture épurée et contemporaine.
Les deux grandes salles seront aménagées de façon toute simple et sobre afin de porter nos esprits à la prière. Nous osons espérer que les croyants parmi vous s’y sentiront à l’aise pour qu’en laissant un moment de côté nos différences, nous puissions adresser ensemble nos prières à Dieu.

Le pape François de Rome et le Grand Iman Al Tayyeb du Caire viennent de signer ensemble une déclaration sur la Fraternité humaine dans le monde. Tous les objectifs qui y sont mentionnés, nous vous certifions qu’ils sont la base de nos engagements pour notre communauté et pour les activités dans cette mosquée."

Celui du bourgmestre, Michel Goblet d’Alviella, "Selon moi, une communauté religieuse reconnue ici depuis plus de 50 ans, qui réclame un lieu de culte, est un acte qui me paraît juste" (La Dernière Heure). Il lui souhaite bon succès, expliquant qu’il a pris la position d’éviter que, par de trop grandes dimensions, ce lieu de culte n’attire trop de monde.

Celui de l’ambassadeur du Maroc, qui prône un Islam tolérant, ouvert et qui s’insère résolument dans la modernité.

Celui de Mgr Hudsyn, évêque auxiliaire pour le Brabant wallon, qui souhaite bon succès à la communauté musulmane de Court-St-Etienne et encourage la rencontre malgré les différences.

Le grand rabbin Guigui s’est exprimé en arabe pour la première partie de son allocution, ce qui a été très applaudi. Il a poursuivi : "Le nom Assalam de la mosquée signifie "la paix". Quand les hommes font la guerre. Dieu est la première victime. La paix, c’est tendre la main vers l’autre dans le but de s’entraider. Dans la racine du mot shalom, il y a l’idée de complémentarité. La beauté d’un tableau réside dans l’harmonie du chatoiement des couleurs. Nous devons veiller à faire de la vie sociale un tout beau tableau dans lequel toutes les couleurs et toutes les nuances sont respectées."
M. Guigui était accompagné du rabbin de la synagogue de Waterloo.

M. l’abbé Jean Marc Abeloos, curé de Court-St-Etienne, a évoqué la personne de feu le doyen Freddy Baillien, qui, du Ciel, doit se réjouir de voir l’ambiance joyeuse et mélangée de la fête de ce jour. Il a souhaité également qu’à l’avenir l’on puisse, davantage que par le passé, s’inviter et se sentir accueillis lors de fêtes de chacune des communautés.

Aïcha Adhaman a souhaité que les femmes puissent trouver leur place dans cette mosquée, et ne doivent pas, comme elle a dû le faire, se déplacer vers Bruxelles pendant plusieurs années pour trouver un lieu où trouver une aide pour édifier sa propre identité.

Murielle Van Bunnen a représenté la pensée bouddhiste.

Le père Evangelos Psallas, recteur de la paroisse orthodoxe d’Ohain, absent, a transmis le mot suivant : "Je me réjouis pour cet événement important dans la région. Tout espace prônant la tolérance et le partage de la fraternité humaine ne peut qu’être soutenu et l’initiative qui en est la source applaudie."

Jean Pierre Hamblenne, de la paroisse orthodoxe de Louvain-la-Neuve, absent également, avait aussi tenu à s’excuser.

Trois personnes ont représenté la communauté protestante de Rixensart.

Abdel Jellouli a alors invité les plus âgés et les plus âgées de l’assemblée à se joindre aux personnalités pour cimenter la première pierre et pour dévoiler la plaque commémorative du jour.
Ensuite les enfants se sont avancés et ont lâché un grand nombre de ballons blancs.
Les participants ont reçu des verres de thé en abondance et de délicieuses pâtisseries dans une belle atmosphère de fête et de convivialité.

Au nom de "Interconvictionnel à Court"
Silvio Lepour, Abdel Jellouli, Paul Larsimont,
Louis Stevens, Emmanuel et Paul Crickx

Des extraits de la déclaration commune au pape François et au grand Iman du Caire Al Tayyeb ont été distribués à la sortie. Ils peuvent vous être envoyés, sur demande à l’adresse interconvictionnelacourt@gmail.com.

Un dernier recours annulé : Quelques jours avant la pose de la première pierre, le conseil d’État a rejeté un énième recours en extrême urgence. Ce recours sollicitait "la suspension de l’exécution de la décision des fonctionnaires technique et délégué de la Région wallonne, qui accordait ce permis unique pour la régularisation de la démolition d’une maison de repos et la construction d’une mosquée.

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273