Service de Solidarité et élans de générosité !

Le Service des Solidarités nous partage ses pépites !

Nous le constatons de toute part : la solidarité prend tout son sens en cette période de confinement. De belles réflexions et initiatives fleurissent un peu partout. Des pépites nous sont transmises mais bien d’autres existent, anonymes et discrètes. On réfléchit, on se mobilise, on s’investit, on se réorganise,…

  • La Société Saint Vincent de Paul de Rixensart ne laisse pas tomber ses bénéficiaires. Les responsables se réorganisent. En un temps record un fichier informatique est créé pour distribuer les tâches, les rentrées, les sorties des denrées. Rapidement, ils font appel à la solidarité paroissiale pour distribuer les colis alimentaires aux domiciles des personnes. La mobilisation est immédiate et complète.

  • Le lien créé lors du pèlerinage organisé à Lourdes par le Service des Solidarités se prolonge. Les pèlerins communiquent, se téléphonent et se soutiennent.

  • Madame Wivinne Mayaya, de l’Epicerie Sociale de Waterloo, fait preuve d’un investissement sans faille. Elle se débat pour garder l’épicerie sociale ouverte. Pour remplacer les bénévoles habituels confinés, elle se démène pour trouver des jeunes, étudiants enthousiastes.

  • La Campagne de Carême d’Entraide et Fraternité au profit du peuple éprouvé d’Haïti a été annulée. Pourtant des paroissiens s’interrogent et sont désireux de soutenir ce pays éprouvé. Ils le feront au moyen de dons individuels.

En ce temps de confinement, la Solidarité se manifeste aussi face aux problèmes des migrants et réfugiés :

  • Témoignage d’Agir Ensemble de la paroisse de Blocry

    Face à l’épidémie qui vide les villes et ferme institutions et magasins, et face à l’extrême précarité dans laquelle celle-ci va laisser les sans-statut sur le territoire belge, partout, des citoyens se dressent pour mettre les migrants à l’abri. À Ottignies-Louvain-la-Neuve, des particuliers et des institutions ont accepté d’ouvrir leurs locaux pour accueillir plus d’une trentaine d’entre eux dans 4 hébergements collectifs de confinement, ouverts à la hâte par une poignée de bénévoles déterminés à les mettre temporairement en sécurité. Des ouvertures sont encore en discussion dans d’autres communes du Brabant wallon.

    Entre autres, à la paroisse de Blocry, 12 personnes arrivent dès ce week-end dans la salle La Charnière. Le plus jeune de ces migrants a 15 ans ! Une équipe de bénévoles de la Plateforme a installé pour eux un endroit douillet où s’abriter. Ils resteront là le temps que la tempête passe. Ce local est bien plus qu’un toit sur leur tête. C’est aussi un lieu pour être humain parmi les humains. C’est précieux. Merci pour cela. À la suite de ces témoignages un appel aux dons a été lancé : ils n’ont pas tardé à arriver de toute part !

    Contact  : Agir Ensemble - ollnagirensemble@gmail.com

  • La plateforme citoyenne toujours présente : témoignage

    Face à la crise sanitaire, les familles hébergeuses de migrants sont totalement prises au dépourvu entre continuer à héberger en dépit des règles de confinement ou alors fermer les portes de leurs maisons et renvoyer à la rue jeunes hommes et jeunes femmes démunis. La Fabrique d’église de Bousval a accepté de mettre à disposition une salle paroissiale, pour y accueillir 7 personnes migrantes.


Pour illustrer toutes ces pépites de Solidarité, voici un très beau texte d’Annick de Souzenelle que nous a partagé Jean-Bernard de Viron, responsable de la Société Saint-Vincent de Paul de Villers-la-Ville :

Pour la Bible, la vie du peuple hébreu est prototype de celle de l’humanité. Esclave en Egypte pendant de longues années ce peuple hébreu est soudain secoué par ce qu’il est convenu d’appeler « les dix plaies d’Egypte » qui ne sont autres que les conséquences des transgressions, des Egyptiens comme des Hébreux, des lois qui structurent le créé : quand on abat par exemple le mur de soutènement, il ne faut pas s’étonner que la maison s’écroule. Chaque plaie d’Egypte est un aspect de cet écroulement.

C’est aussi ce qui se passe aujourd’hui pour l’humanité toute entière qui a fait des finances son dieu et qui en est esclave. Cela nous a amené à transgresser les lois divines les plus structurantes du créé, et aujourd’hui la maison s’écroule. Le coronavirus en est la couronne.

En référence à l’Arbre qu’est l’Homme, il saisit la tête et les poumons. Il ne sera éradiqué que par un changement de tête, de niveau de conscience. Il exige un changement radical de l’humanité vers son ontologie. Semblable à un Arbre, l’humanité a puisé pendant un long hiver et par ses racines-terre dans les profondeurs de la terre qui est aujourd’hui épuisée et craque de partout. L’humanité-Arbre doit maintenant puiser par ses racines-ciel dans les richesses divines.

Tel l’hébreu quittant l’Egypte, nous devons passer par le désert, soit un temps de désécurisation redoutable mais incontournable, avant de retrouver notre nature première, ontologique et divine. Nous sommes conduits à vivre un enfantement grandiose. Ce sont, aujourd’hui, les premières contractions.


 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat du Brabant wallon
Chaussée de Bruxelles 67
BE - 1300 Wavre
+32 (0)10 235 260

Secrétariat du Vicariat
Eva Calatayud Saorin
+32 (0)10 235 273