Pépites de Brigitte

Prier le rosaire - Joseph artisan - Grignion de Montfort - Catherine de Sienne

Brigitte, du service de Documentation, nous partage ses nouvelles pépites… Comme d’habitude, ces livres sont disponibles au Service de documentation. N’hésitez pas à les réserver par téléphone au 010/23.52.63 ou par mail.


  • (Re)découvrir le Rosaire durant le mois de Marie.
  • Le 1ier mai : saint Joseph travailleur.
  • Le 29 avril : sainte Catherine de Sienne.
  • Le 28 avril : saint Louis-Marie Grignion de Montfort.
Le Rosaire, un voyage qui te change la vie - Sr E. Maillard – Ed. Béatitudes

« Quel bonheur de commencer avec Marie notre voyage à travers la vie de Jésus ! Car la prière du Rosaire nous entraîne dans un véritable voyage, au cours duquel nous découvrons ensemble des paysages inexplorés, des étendues jusque-là insoupçonnées aux yeux de notre cœur. Au fil des différents mystères, Marie nous présente son album de famille, la plus belle des familles. Elle nous dévoile le parcours suivi par son fils avec ses événements les plus touchants.  »

L’auteure, membre de la Communauté des Béatitudes vit à Medjugorje depuis 1989. Cela colore bien sûr son approche du Rosaire qu’elle émaille d’extraits des messages de la Vierge aux voyants. Elle propose de parcourir le Rosaire à la façon d’un enfant qui s’émerveille de ce qu’il découvre. Petite originalité : elle propose 10 mystères « inédits » : 5 mystères de compassion et 5 mystères de miséricorde en partant de 10 épisodes de la vie de Jésus «  où on le trouve en flagrant délit de compassion » et de miséricorde.

Le Rosaire - J. Levivier, A. Gravier – Ed. Mame – Coll. La prière des petits

- Avec les enfants :

Dans cette collection, nous avons déjà découvert comment prier le chemin de croix. Avec des mots simples, elle nous aide aujourd’hui à aborder la prière du Rosaire : « La Vierge Marie t’invite à prier avec elle, en pensant aux différents moments de la vie de Jésus. Marie connaît si bien son fils qu’elle peut t’aider à le regarder, à le prier et à l’aimer. (…) Veux-tu mettre ta main dans celle de Marie pour que, par le rosaire, elle te conduise à Jésus ? »

Chaque mystère du Rosaire est illustré, résumé en une phrase simple. Une petite réflexion et une prière l’accompagne. Mais c’est quoi un mystère ? « Un mystère, c’est quelque chose de très précieux que l’on découvre peu à peu et que l’on comprend chaque jour un peu plus. Les mystères du rosaire, ce sont des moments importants de la vie de Jésus dont nous nous souvenons avec Marie pour mieux les comprendre. »

Comment fabriquer un dizainier avec les enfants ? Voici quelques liens :

Saint Joseph, homme de foi – J. Gauthier – Médiaspaul

« Allez à saint Joseph, priez-le, il ne vous laissera pas tomber en chemin.  » disait Frère André de l’Oratoire du Mont-Royal. C’est en préparant un livre sur ce saint que l’auteur commence à approfondir la vie de saint Joseph. Il nous emmène à travers les Ecritures découvrir la fécondité de la vie de Saint Joseph, il aborde aussi son culte, et propose quelques prières à lui adresser.

On sait peu de choses sur la vie de Saint Joseph dont les Evangiles ne rapportent aucune parole. « Le chemin de Joseph est un chemin de silence et de foi ». On ne peut séparer Joseph de Marie et Jésus, son rôle n’est pas moins grand dans le projet de Dieu. C’est par lui qu’est attestée la descendance davidique du Messie. C’est dans la profondeur des sentiments d’amour réciproque de Marie et Joseph fait de simplicité, de respect et de confiance que Dieu choisit de faire grandir son Fils. Comme Marie, Joseph ne comprend pas tout mais ne veut pas faire obstacle au projet de Dieu. Il fait acte de foi, se fait humble serviteur du Seigneur et se conforme à la Parole de Dieu. C’est un homme juste, c.-à-d. ajusté à la volonté divine. Ses « oui » s’ajoutent au « Fiat » de Marie et c’est unis qu’ils sont fidèles à la mission qui les dépasse.

Joseph est un homme responsable qui prend soin de Marie et Jésus et vit une paternité pleine et entière en étant serviteur de la vie et de la croissance de Jésus. C’est au cœur de cette vie cachée à Nazareth que Jésus apprend l’accueil de l’autre, le don de soi, le souci des pauvres. Quand Jésus parlera de Son Père, il puisera dans les images de sa vie quotidienne d’enfant, dans son lien de tendresse avec Joseph, dans son expérience de travail à ses côtés. Jésus était reconnu comme le fils du charpentier, Joseph était un artisan qui a transmis l’art de son métier à son fils selon les coutumes de l’époque.

« Grâce à l’atelier de Joseph, le travail prend ainsi une grande valeur, puisque Jésus lui a consacré beaucoup de temps. L’obscur labeur quotidien est devenu une œuvre d’épanouissement, de rédemption et de sanctification. (…) Joseph montre à son fils la noblesse du travail manuel, la primauté de l’amour et de Dieu en toutes choses. » C’est pourquoi Saint Joseph est fêté le 1er mai, jour de la fête des travailleurs pour rappeler aux croyants la noblesse et les richesses du travail et l’importance de le respecter ainsi que de veiller aux bonnes conditions de travail pour tous.

En ce temps de déconfinement progressif, nous pouvons confier au Seigneur en ce 1er mai tous les travailleurs, ceux qui sont restés sur le pont tout au long de l’épidémie au risque parfois de leur santé, ceux qui travaillent de chez eux malgré les difficultés de combiner travail et vie de famille confinée, ceux qui vont reprendre le chemin du bureau dans les semaines qui viennent. Pourquoi ne pas reprendre la prière de Saint Jean XXIII écrite pour le 1er mai 1960 ? A découvrir ici.

Pensées spirituelles sur saint Joseph – D. Joseph – Artège

Dans ce petit livre, l’auteur prend prétexte de chaque moment de la vie de Nazareth pour en faire une prière. En voici deux extraits pour ce temps de reprise progressive du travail :

« Dieu est curieux de tout, passionné de nous. Bon saint Joseph, donnez-nous de faire de belles choses avec lui, pour qu’il soit heureux et souriant, comme à Nazareth.  »

« Saint Joseph, dans nos soucis de travail, gardez-nous dans la paix de votre atelier. »

Prier 15 jours avec Catherine de Sienne – Ch. van der Plancke et A. Knockaert – Nouvelle cité.

Catherine de Sienne est née en 1347 dans un XIVème siècle tourmenté : peste, luttes féodales, guerre de cent ans, anarchie des Etats, division dans l’Église, … En ce 29 avril, jour de sa fête, confions-lui notre monde troublé par la pandémie. En effet en son temps troublé, Catherine était habitée par une vision foncièrement optimiste de l’homme et par une foi vive en la Providence. Elle savait n’exister que par Dieu, elle n’avait qu’une passion : obtenir la miséricorde de Dieu, pour elle, pour l’Eglise et pour le monde.

Catherine fut saisie par le Christ dès ses 6 ans et dès ce moment cherche le lieu idéal pour se mettre en présence du Seigneur. Ses parents étant opposés à son projet de vie lui enlèvent tout lieu propre où se retirer pour prier. Elle s’invente alors une « cellule intérieure » que personne ne peut lui retirer : La « cellule de la connaissance d’elle-même en Dieu et de Dieu en elle ». Jusqu’à ses vingt ans elle cherche sa voie puis se sent appelée à quitter sa réclusion et à vivre sa vocation dans la mission : elle soigne les malades, secourt les pauvres : « À moi, dit le Christ à travers ses écrits, vous ne pouvez rendre un tel amour que je vous ai témoigné, mais je vous ai donné la médiation du prochain afin que vous fassiez pour lui tout ce que vous ne pouvez pas faire pour moi.  »

Elle a surtout à cœur le soin des âmes, en ville et dans les monastères et désire aussi la réforme de l’Église divisée entre ses deux papes. Vers 1373, elle commence, elle, la femme, laïque et illettrée, ses prédications publiques et ses négociations pour la paix. Forte de sa « cellule intérieure » qu’elle peut emporter partout avec elle, sa vie devient un éternel voyage : auprès des pauvres, dans les hôpitaux ou les châteaux, dans les villes révoltés de Toscane mais aussi à Avignon ou Rome au chevet de l’Église.

Elle sera canonisée en 1461 par Pie II et proclamée Docteur de l’Église en 1970 par Paul VI.

  • Comme tous les ouvrages de la collection Prier 15 jours avec…, ce livre propose de cheminer pendant 15 jours à la suite de Catherine de Sienne, en découvrant sa spiritualité et ce qu’elle peut nous inspirer pour notre propre vie de foi. À sa suite, nous pouvons vivre une conversion, un décentrement afin de remettre Dieu au centre de notre vie, Lui par qui nous vivons car « nous ne sommes faits que d’amour. »

À pas de géant – Saint Louis-Marie Grignon de Montfort – M. Vilain – Ed. Apostolat marial montfortain – 1994

Louis-Marie Grignion de Montfort. Hasard du calendrier, cette fête se place juste avant le mois de mai, mois de Marie… Or Marie tient une place particulière dans le cœur et la prédication de saint Louis-Marie, puisque Louis Grignion se consacra à elle lors de sa communion en adjoignant son nom au sien et avait cette devise : À Jésus par Marie. Contemporain du Roi-Soleil et de cette société clivée entre riches et nobles soucieux de leurs privilèges et très pauvres oubliés, saint Louis-Marie souffrit de beaucoup d’incompréhension mais s’en remettra sans cesse à la Providence, acceptant les croix sur son chemin. Il vivait de rien, écrivait des cantiques et des ouvrages spirituels et surtout il avait un cœur de missionnaire et sillonnait à pied l’ouest de la France attentif aux plus démunis et soucieux de nourrir les âmes. Son itinéraire spirituel est bien détaillé dans la biographie écrite par le Père Max Vilain.

Voici deux extraits d’ouvrages de saint Louis-Marie pour inspirer notre prière de ce mois de mai :

« Tout se réduit à trouver un moyen facile pour obtenir de Dieu la grâce nécessaire pour devenir saint… Et je dis que pour trouver la grâce de Dieu, il faut trouver Marie » dans Le secret de Marie.

« Un homme obéissant et soumis à la divine Marie… avancera à pas de géant vers Jésus-Christ » dans Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge.


Brigitte,
Service de Documentation

Ces livres sont disponibles au Service de documentation. N’hésitez pas à les réserver par téléphone au 010/23.52.63 ou par mail.


Service de Documentation

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273