Journée mondiale des Pauvres : pistes liturgiques

La 3ème Journée mondiale des Pauvres aura lieu le dimanche 17 novembre 2019. Elle aura pour thème « L’espérance des pauvres ne sera jamais déçue ». "Ce sera une journée qui aidera les communautés et chaque baptisé à réfléchir sur la manière dont la pauvreté est au cœur de l’Évangile et sur le fait que, tant que Lazare gît à la porte de notre maison, il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale. » (Misericordia et misera 21)

"La condition, pour que les disciples du Seigneur Jésus soient des évangélisateurs cohérents, est de semer des signes tangibles d’espérance. À toutes les communautés chrétiennes et à tous ceux qui ressentent l’exigence d’apporter espérance et réconfort aux pauvres, je leur demande de travailler pour que cette Journée mondiale renforce chez beaucoup, la volonté de collaborer efficacement afin que personne ne se sente privé de proximité et de solidarité. Que nous accompagnent les paroles du prophète qui annonce un avenir différent : « Mais pour vous qui craignez mon Nom, le soleil de justice brillera, avec la guérison dans ses rayons » (Ml 3,20). »

Des rencontres qui changent le monde
Le Pape nous rappelle que la discrimination dont souffrent les personnes pauvres n’est pas seulement matérielle, elle est aussi sociale et spirituelle. Organiser la JMP et partager avec des frères et sœurs en situation de précarité, c’est permettre à chacun de faire une rencontre qui relève. Que chacun puisse entendre le Seigneur dire « Tu as du prix à mes yeux ». C’est se replacer au cœur même de l’Evangile.

Nos manières de vivre la liturgie
Vécue dans la « pauvreté du cœur », la liturgie forme le sens de l’accueil d’abord en incitant à l’enraciner en Dieu. [Tiré de https://liturgie.catholique.fr ]

Par la salutation liturgique, réalisons que nous sommes attendus, avec d’autres : non pas « le Seigneur soit avec toi » mais « avec vous », pour accueillir la célébration comme un rendez–vous fixé par un autre, au-delà de nos propres désirs ou habitudes, au-delà de ceux qui ont eu la capacité de se rendre présents.

La liturgie de la Parole fait expérimenter que, pour devenir une rencontre, le rendez-vous doit commencer par l’écoute du Christ réellement présent. Il faut que tous tendent l’oreille et que certains y aident, de sorte à exercer à d’autres écoutes…

INTENTIONS DE PRIÈRE :
« Nul ne doit croire que son cri s’est perdu dans le vide » nous dit le pape François.

* Seigneur nous te prions pour les personnes qui traversent des épreuves au quotidien. Qu’elles puissent trouver dans leurs frères et sœurs en Christ, l’attention qui les aidera à poursuivre leur route. Dieu notre Père, nous te prions !

* Pour que la Journée mondiale des pauvres que nous célébrons ce dimanche, favorise chez les responsables des nations, une attention croissante aux besoins des plus pauvres, des marginalisés, des affamés, des sans travail, des sans familles. Dieu notre Père, nous te prions !

* Pour que nous ayons toujours à cœur de tendre la main aux pauvres, de les rencontrer, de les regarder dans les yeux, de les toucher. Qu’ils puissent trouver auprès des associations de solidarité, une écoute fraternelle et une aide concrète qui rompent le cercle de la solitude, Dieu notre Père, nous te prions !

* Pour notre communauté chrétienne ici rassemblée, qu’elle devienne, toujours plus, signe que ton règne arrive en se laissant interpeller, toucher par ceux qui souffrent Que les peurs et les préjugés se convertissent en confiance et en paix. Dieu notre Père, nous te prions !

L’écoute s’élargit dans l’accueil du sacrement : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir ». Même notre présence ne donne aucun « droit » ! La liturgie rappelle de toutes façons que ce projet gratuit dépasse ceux qui sont déjà là : pas seulement « Heureux sommes-nous… », mais « Heureux les invités au repas du Seigneur ». Nous voilà obligés de penser à ceux qui restent à l’écart parce qu’ils doutent d’être dignes matériellement, socialement ou spirituellement de l’invitation…

On peut exprimer cette absence en l’inscrivant dans l’espace : par exemple, en gardant dans l’église un nombre de sièges vides proportionnel au pourcentage de la population belge en risque de pauvreté (15,5%) ou souffrant de privation matérielle grave (5,5 %. Source : socialsecurity.belgium.be).

Sans attendre, la liturgie inscrit en nous la « mémoire vive » de ces plus petits à accueillir :
Le pape François rappelle que « le Notre Père est la prière des pauvres. La demande du pain, en effet, exprime la confiance en Dieu pour les besoins primaires de notre vie. » On doit noter que « le Notre Père est une prière qui s’exprime au pluriel : le pain demandé est ‘‘notre », et cela comporte partage, participation et responsabilité commune ».

Vécue comme un geste liturgique, la collecte donne un premier signe de notre désir de vivre une solidarité concrète. En la remplaçant parfois par une collecte prescrite, la liturgie rappelle que la solidarité ne saurait se limiter à ses seuls proches.

Des ressources :
• Le site officiel du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation (en anglais, italien et espagnol) : http://www.pcpne.va/

Le Pape a souhaité confier cette journée au Conseil Pontifical pour la Nouvelle Évangélisation, pour que ces rencontres soient à elles seules une occasion de témoigner : la Bonne nouvelle est annoncée aux pauvres et, notre amitié avec les plus pauvres est une Bonne nouvelle !

« Les pauvres nous évangélisent, en nous aidant à découvrir chaque jour la beauté de l’Évangile » (extrait du message du pape du 13 juin 2018 pour cette journée).

• A lire : Etienne GRIEU, Vers des paroisses plus fraternelles – les plus fragiles au cœur des communautés chrétiennes, 2016

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273