Il vit, le Christ, notre espérance !

Il vit, le Christ, notre espérance et il est la plus belle jeunesse de ce monde. Tout ce qu’il touche devient jeune, devient nouveau, se remplit de vie. Les premières paroles que je voudrais adresser à chacun des jeunes chrétiens sont donc : Il vit et il te veut vivant !

Ainsi commence l’Exhortation Apostolique post-synodale Christus vivit du Pape François, signée lundi 25 mars dans la Sainte Maison de Lorette et adressée aux jeunes et à tout le peuple de Dieu.

Dans le document, composé de neuf chapitres divisés en 299 paragraphes, le Pape explique s’être laissé inspirer par la richesse des réflexions et des échanges du Synode des jeunes, célébré au Vatican en octobre 2018.

Voici une sélection de citations, extraites de chacun des chapitres.

Premier chapitre : Que dit la Parole de Dieu sur les jeunes ?

Remarquons que Jésus n’appréciait pas que les personnes adultes regardent avec mépris les plus jeunes ou les maintiennent à leur service de manière despotique. Au contraire, il demandait : “Que le plus grand parmi vous se comporte comme le plus jeune, et celui qui gouverne comme celui qui sert” (Lc 22, 26).

Second chapitre : Jésus-Christ toujours jeune

Les jeunes ont besoin de projets qui les fortifient, les accompagnent et les lancent vers la rencontre avec les autres, vers le service généreux, vers la mission (30).

François parle ensuite de la jeunesse de l’Église, et il écrit : Demandons au Seigneur de délivrer l’Eglise des personnes qui veulent la faire vieillir, la scléroser dans le passé, la figer, l’immobiliser. Demandons-lui également de la délivrer d’une autre tentation : croire qu’elle est jeune parce qu’elle cède à tout ce que le monde lui offre ; croire qu’elle se renouvelle parce qu’elle cache son message et qu’elle imite les autres. Non ! Elle est jeune quand elle est elle-même, quand elle reçoit la force toujours nouvelle de la Parole de Dieu, de l’Eucharistie, de la présence du Christ et de la force de son Esprit chaque jour (35).

Troisième chapitre : Vous êtes l’aujourd’hui de Dieu

Ne soyons pas une Eglise insensible à ces drames de ses enfants jeunes. Ne nous y habituons jamais […]. Le pire que nous puissions faire, c’est d’appliquer la recette de l’esprit du monde qui consiste à anesthésier les jeunes avec d’autres nouvelles, d’autres distractions, d’autres banalités (75). Le Pape invite les jeunes à apprendre à pleurer pour leurs contemporains qui sont dans une situation pire que la leur (76).

Dans un document préparé par 300 jeunes du monde entier avant le Synode, on affirme que les relations online peuvent devenir inhumaines » et l’immersion dans le monde virtuel a favorisé une sorte de “migration numérique”, c’est-à-dire un éloignement de la famille ainsi que des valeurs culturelles et religieuses, qui conduit beaucoup de personnes dans un monde de solitude (90).

Les jeunes migrants expérimentent souvent aussi un déracinement culturel et religieux (93). François demande en particulier aux jeunes de ne pas se laisser enrôler dans les réseaux de ceux qui veulent les opposer à d’autres jeunes qui arrivent dans leurs pays, en les présentant comme des êtres dangereux (94).

Quatrième chapitre : La grande annonce pour tous les jeunes

À tous les jeunes, le Pape annonce trois grandes vérités.

* Un Dieu qui est amour, par conséquent Dieu t’aime. N’en doute jamais (112) et tu peux te jeter avec confiance dans les bras de ton Père divin (113).

L’amour du Seigneur apprend plus à redresser qu’à faire chuter, à réconcilier qu’à interdire, à donner de nouvelles chances qu’à condamner, à regarder l’avenir plus que le passé (116).

* La seconde vérité est que Le Christ te sauve. N’oublie jamais qu’il pardonne soixante-dix fois sept fois. Il revient nous charger sur ses épaules une fois après l’autre (119).

* La troisième vérité est qu’Il vit !. S’Il vit, c’est une garantie que le bien peut se faire un chemin dans notre vie […]. Nous pouvons cesser de nous plaindre, et regarder en avant parce que, avec lui, on le peut toujours (127).

* Dans ces vérités apparaît le Père et apparaît Jésus. Et là où Ils sont, là est aussi l’Esprit Saint. Invoque chaque jour l’Esprit Saint […]. Tu ne perds rien et il peut changer ta vie, il peut l’éclairer et lui donner une meilleure direction. Il ne te mutile pas, il ne t’enlève rien, mais il t’aide à trouver ce dont tu as besoin de la meilleure façon (131).

Cinquième chapitre : Chemins de jeunesse

L’amour de Dieu et notre relation avec le Christ vivant ne nous empêchent pas de rêver, et n’exigent pas de nous que nous rétrécissions nos horizons. Au contraire, cet amour nous pousse en avant, nous stimule, nous élance vers une vie meilleure et plus belle.

François invite les jeunes à ne pas observer la vie depuis un balcon, à ne pas passer leur vie seulement devant un écran, à ne pas se réduire à des véhicules abandonnés et à ne pas regarder le monde en touristes : Faites du bruit ! Repoussez dehors les craintes qui vous paralysent […]. Vivez ! (143).

L’engagement social et le contact direct avec les pauvres demeurent une occasion fondamentale de découverte et d’approfondissement de la foi et de discernement de sa propre vocation (170).

François encourage les jeunes à assumer cet engagement : Jje vois que de nombreux jeunes, en tant de parties du monde, sont sortis sur les routes pour exprimer le désir d’une civilisation plus juste et fraternelle. […] Ce sont des jeunes qui veulent être protagonistes du changement. S’il vous plaît, ne laissez pas les autres être protagonistes du changement ! (174).

Sixième chapitre : « Des jeunes avec des racines »

Chers jeunes, n’acceptez pas qu’on utilise votre jeunesse pour favoriser une vie superficielle qui confond beauté et apparence (183)

La rupture entre générations n’a jamais aidé le monde et ne l’aidera jamais. […] C’est le mensonge qui te fait croire que seul ce qui est nouveau est bon et beau (191).

Il faut donc risquer ensemble, en marchant ensemble, jeunes et vieux : les racines ne sont pas des ancres qui nous enchaînent, mais au contraire, un point d’ancrage qui nous permet de nous développer et de répondre à de nouveaux défis (200).

Septième chapitre : La pastorale des jeunes

Les jeunes eux-mêmes sont des agents de la pastorale de la jeunesse, accompagnés et guidés, mais libres de rechercher de nouveaux chemins avec créativité et audace.

Il faut réunir les jeunes pour des événements, des manifestations qui leur offrent chaque fois un lieu où ils reçoivent non seulement une formation, mais qui leur permettent aussi de partager leur vie, de célébrer, de chanter, d’écouter de vrais témoignages et de faire l’expérience de la rencontre communautaire avec le Dieu vivant (204).

La pastorale des jeunes doit toujours inclure des temps qui aident à renouveler et à approfondir l’expérience personnelle de l’amour de Dieu et de Jésus-Christ vivant (214). Et elle doit aider les jeunes à vivre en frères, à s’entraider mutuellement, à créer une communauté, à servir les autres, à être proches des pauvres (215).

Huitième chapitre : La vocation

Ce que Jésus désire de chaque jeune, c’est avant tout son amitié. Il est essentiel de discerner et de découvrir cela. C’est le discernement fondamental (250).

Ne vous laissez pas voler l’amour pour de vrai (263). Croire que rien ne peut être définitif est une tromperie et un mensonge […], je vous demande d’être révolutionnaires, je vous demande d’aller à contre-courant (264).

Neuvième chapitre : Le discernement

Le Pape rappelle que, sans la sagesse du discernement, nous pouvons devenir facilement des marionnettes à la merci des tendances du moment (279).

Une expression du discernement est l’engagement pour reconnaître sa propre vocation. C’est une tâche qui requiert des espaces de solitude et de silence, parce qu’il s’agit d’une décision très personnelle que d’autres ne peuvent pas prendre pour quelqu’un (283).


L’exhortation se conclut par un souhait du pape François : Chers jeunes, je serai heureux en vous voyant courir plus vite qu’en vous voyant lents et peureux. Courez, attirés par ce Visage tant aimé, que nous adorons dans la sainte Eucharistie et que nous reconnaissons dans la chair de notre frère qui souffre. […] L’Église a besoin de votre élan, de vos intuitions, de votre foi. Nous en avons besoin ! Et quand vous arriverez là où nous ne sommes pas encore arrivés, ayez la patience de nous attendre (299).


Quelques suggestions d’écoute et de lecture :

* l’émission de CathoBel, animée par Sophie Delhalle et Christophe Herinckx sur cette exhortation
* une synthèse (d’où sont extraites ces citations) sur le site de Vatican News
* Les 12 missions que le Pape assigne aux jeunes : réflexion d’Aleteia
* Ce qui doit changer : réflexion de Zenit


Illustration : Vatican Media

Pour lire l’intégralité du texte de l’exhortation

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273