Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

L’écologie intégrale renforce le Service des Solidarités

Du nouveau au Service des Solidarités !

Nous accueillons un nouveau collègue : David Abeels

En effet, cette rentrée au Centre pastoral est marquée par la création d’un nouveau département au sein du Service des Solidarités : le département d’Écologie intégrale. Depuis la parution de l’encyclique Laudato Si’, la réflexion sur l’écologie et plus spécifiquement sur l’écologie intégrale (Cri de la terre ET cri des pauvres) s’est développée dans l’Église : la création d’Église verte en France et d’Ecokerk en Flandres en sont de bels exemples.

Dans les diocèses francophones, la réflexion a muri petit à petit avec l’arrivée d’un référent écologie intégrale à Liège et les débuts du mouvement « Chrétiens en transition ». En Brabant wallon, plusieurs paroisses et UP ont aussi décidé de se lancer dans une réflexion autour de l’encyclique et cherchent à la mettre en pratique.

Au Vicariat, une journée pastorale a même été consacrée à ce sujet en novembre 2019. Un nouveau pas est donc franchi avec la nomination par Mgr Hudsyn de David comme référent « Écologie intégrale » en Brabant wallon. Son lien avec le Service des Solidarités semblait une évidence afin de bien mettre en exergue l’importance de l’attention à l’humain et surtout aux plus pauvres dans le combat écologique.

David Abeels est un jeune homme motivé et dynamique qui souhaite proposer une approche coordonnée de l’écologie intégrale en se basant sur Laudato Si’.

Un projet « Vert » donc mais pas que… ! Un vrai projet de conversion en Église pour une relation réparée avec la nature et les autres.

Le Service des Solidarités se réjouit de pouvoir travailler avec David pour élargir encore l’horizon de sa pastorale !

Brigitte et Catherine

David nous présente sa mission :

Nous sommes des êtres de liens. Notre existence repose sur 3 types de liens fondamentaux : le lien avec les autres humains, le lien avec la nature, le lien à Dieu. Ces liens ont été abîmés.

Le grand défi de notre temps, c’est d’apprendre à les redécouvrir, et à redécouvrir la place que nous avons sur terre en tant qu’être humain. L’écologie intégrale popularisée par le pape François dans son encyclique Laudato Si’ nous propose une vision différente de la crise écologique.

Toutes les pollutions et dégradations environnementales ne sont que des symptômes d’une crise plus profonde, qui se vit dans le cœur de chaque être humain. Peut-être nous faut-il redécouvrir la nature non comme des ressources à exploiter, mais comme des êtres partageant notre existence sur cette planète ? Tout est lié, et la protection authentique de notre propre vie comme de nos relations avec la nature est inséparable de la fraternité, de la justice ainsi que de la fidélité aux autres (Laudato Si’).

À la suite du Pape, j’aimerais proposer un chemin de conversion écologique intérieure. Trois axes de base permettront de donner une structure à ce projet : la tête, le cœur et le corps.

La tête s’attelle à la sensibilisation, à l’approfondissement de la compréhension de Laudato Si’ et de la conversion écologique.

Le cœur concerne le vécu spirituel de cette conversion, par une redécouverte écologique de notre foi, notamment au travers de nos 5 sens, de la louange et de la gratitude.

Le corps concerne la mise en place de projets concrets, et de nouveaux modes de vie qui nous permettent de vivre pleinement cette conversion.

Enfin, j’aimerais que cela se fasse dans une démarche libre et démocratique, en valorisant les talents de chacun et chacune, en comptant sur l’intelligence collective et sur l’expérience des porteurs de projets. Entendre chaque créature chanter l’hymne de son existence, c’est vivre joyeusement dans l’amour de Dieu et dans l’espérance (Laudato Si’).

David Abeels

Illustration : David lit la première lecture lors de la messe chrismale à Nivelles, le 15 septembre 2021.

Sur le même sujet

Derniers articles