Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

Écho – Non, le harcèlement n’est pas une fatalité !

Parmi les thèmes abordées cette année au sein du Pôle Jeunes de Nivelles,
celui du harcèlement a été exploité sous forme de « triptyque » :
2 rendez-vous avec les jeunes et une conférence destinée aux parents

Pour ce faire, ils ont fait appel à une spécialiste dans le domaine, Désirée Seghers, juriste de formation, médiatrice, formée en thérapie brève et en coaching orienté solutions et maman de 4 enfants !

Une première réunion virtuelle a permis à nos jeunes de découvrir, d’approfondir et de partager autour de la gestion de leurs émotions. Un deuxième rendez-vous était fixé le 28 mai pour leur donner des clés concernant le harcèlement ainsi que leur permettre d’échanger leur vécu à ce propos. Entre ces deux moments, la Pastorale des Jeunes du Brabant wallon s’est associée au Pôle Jeunes de Nivelles pour organiser une conférence en ligne adressée cette fois-ci aux parents. Celle-ci eu lieu le 17 mai en présence de plus de 60 personnes.

Désirée a tout d’abord attiré notre attention sur le fait que NON, le harcèlement n’est pas une fatalité et que OUI, tout enfant a en lui plein de ressources pour y faire face.

Notre rôle à nous, parents, est essentiel pour l’aider à “dé-couvrir” ses propres ressources (parfois bien enfouies, à cause de la peur surtout) et pour l’aider à y avoir accès. C’est ainsi qu’il pourra sortir du cercle vicieux dans lequel il se trouve coincé avec le harceleur.

Elle nous a fait prendre conscience que notre place de parent n’est pas entre notre enfant et son monde à lui mais à côté de lui afin de l’aider, de l’épauler, de l’accompagner dans ce cheminement afin qu’il devienne davantage acteur de sa vie et renforce ainsi sa confiance en lui. Il ne s’agit nullement de répondre à l’agressivité par l’agressivité ; il s’agit de remettre l’équilibre dans les relations.

C’est une approche gagnant-gagnant : l’enfant harcelé découvre de nouvelles compétences qui lui serviront toute sa vie et il y trouvera une meilleure estime de lui-même. Quant au harceleur, il est salutaire pour lui qu’il ne soit pas maintenu dans une illusion de toute-puissance et qu’il fasse l’expérience des conséquences négatives de son attitude agressive que ses pairs eux-mêmes lui renvoient (plus efficace que les sanctions, pourtant parfois nécessaires).

Grace à un moyen mnémotechnique, Désirée a donné plein de tuyaux positifs aux parents pour qu’ils puissent regarder les situations de harcèlement scolaire avec un regard différent et surtout pour qu’ils puissent, eux aussi, abandonner leur vécu d’impuissance pour retrouver confiance en leur rôle de tuteurs (dans le sens de soutien comme pour les plantes !), d’accompagnateurs, de guides pour leurs enfants.

Vraiment une approche gagnant-gagnant constructive pour tous les acteurs du terrain, pour les parents aussi (et pour les écoles et les enseignants aussi, mais ça, c’est un autre chapitre) !

Les nombreux retours positifs des parents présents à cette visio-conférence témoignent sans aucun doute du bien-fondé et de l’accessibilité de cette méthode, quelque peu novatrice, dans le domaine du harcèlement scolaire.

M-Christine pour le PJ Nivelles


Cet article est paru sur le site des Pastorales de Jeunes qui nous a autorisés à le reproduire.

Illustration d’entête : Pixabay

Sur le même sujet

Derniers articles