Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

Fin du Ramadan – Message de Mgr Harpigny

Message de Mgr Harpigny

Ce 12 mai au soir, les musulmans vont rompre le jeûne du Ramadan et célébrer l’Aïd el Fitr. Mgr Harpigny, évêque référendaire pour les relations avec l’islam, a adressé ses traditionnels voeux aux musulmans de Belgique. Vous pouvez écouter son message dans la vidéo ci-dessous ou le télécharger au format pdf.

Qu’est-ce que le Ramadan ?

Le Ramadan est l’un des mois du calendrier islamique. Il faisait également partie des anciens calendriers arabes. Le nom de Ramadan provient de la racine arabe « ar-ramad », qui signifie « chaleur accablante ». En l’an 610, l’ange Gabriel serait apparu au prophète Mahomet et lui aurait révélé le Coran, le livre sacré islamique. Cette révélation, Laylat Al Qadar – ou la « Nuit du Destin » – aurait eu lieu pendant le Ramadan. Les musulmans jeûnent ainsi au cours de ce mois pour commémorer la révélation du Coran. Pendant le Ramadan, les musulmans cherchent à grandir spirituellement et à renforcer leurs relations avec Allah. Ils le font en priant et en récitant le Coran, en rendant leurs actions intentionnelles et désintéressées, et en s’abstenant de médire, de mentir et de faire usage de violence. Tout au long du mois, les musulmans jeûnent, s’abstenant également de boire et d’avoir des rapports sexuels entre le lever et le coucher du soleil.
>>> Lire la suite sur le site de National Geographic.

Différence entre le Ramadan et le Carême

Si les deux démarches ont des similitudes, le Ramadan n’est cependant pas le « Carême des musulmans ». Le Carême est essentiellement une période de préparation à la fête de Pâques. Comme le peuple hébreu avait vécu au désert pendant quarante ans avant d’atteindre la terre promise, ainsi le peuple chrétien accepte une épreuve de quarante jours pour se préparer à la vie nouvelle que le Christ nous offre à nouveau, Lui qui est maintenant au-delà de la mort et de la souffrance. Il y a donc, dans le Carême chrétien une dimension de tension vers un évènement festif, une démarche de repentance pour nos refus et nos péchés. Plus récemment, l’accent s’est déplacé : les privations dans le boire et le manger se sont adoucies, l’insistance s’est faite plus forte sur la conversion intérieure et le partage. Les fêtes de l’Islam, à l’inverse des fêtes juives ou chrétiennes, n’ont pas pour but d’évoquer l’Histoire passée ou à venir. Le Ramadan n’est pas la préparation d’une fête, ni le souvenir d’un évènement. C’est une pratique commandée par le Coran (2,183-187) mais dont le symbolisme ou la signification ne sont pas données dans le texte. Comme pour la plupart des pratiques de l’Islam, c’est donc d’abord la vertu d’obéissance qui est ainsi appelée à s’exercer dans le Jeûne. Face à Dieu, l’homme se remet à sa place d’humble adorateur.
>>> Lire la suite sur le portail jeunes de l’Eglise catholique en France.