Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

L’Église du Bw a sorti ses terrasses ce dimanche

Alors que l’horeca était heureux de pouvoir enfin réouvrir ses terrasses ce week-end, plusieurs paroisses du Vicariat leur ont emboîté le pas pour accueillir leurs fidèles au banquet de l’eucharistie en plein air. En effet, le gouvernement a donné son accord aux cultes pour célébrer à 50 personnes maximum, en plein air, à partir de ce samedi 8 mai. Une occasion que certains n’ont pas voulu manquer, d’autant plus que la météo était relativement de la partie ce dimanche.

Souvent, les paroissiens n’avaient plus célébré ensemble, en présentiel, depuis plusieurs mois. Aussi, la joie des retrouvailles était palpable ce dimanche. Les sourires sur les visages en témoignaient. Petit tour d’horizon (non exhaustif) du Brabant wallon…

Rixensart – Cour intérieure du château de Merode

À Rixensart, trois eucharisties ont été célébrées dans ce lieu prestigieux du château de Merode. Les organiser n’a pas été une mince à faire : les protocoles sont nombreux et changeants… C’est François-Xavier de Viron, aussi co-responsable de la chorale de Rixensart, qui s’y est collé. « J’ai commencé à y travailler il y a 3 semaines car on espérait alors déjà que les célébrations en plein air seraient possibles dès le 9 mai. Il a fallu penser à tout : l’autorisation de la Commune, l’analyse des risques, les formulaires à remplir et qui changent tout le temps, un plan B s’il pleut… et on continue avec 3 ou 4 messes par dimanche jusqu’à ce qu’on puisse les vivre à nouveau en intérieur. C’est une grâce que le propriétaire du château ait accepté. »

C’est l’abbé Eric Mattheeuws, responsable de la paroisse, qui avait pris contact avec les propriétaires du château de Merode, lorsqu’on commençait à espérer de pouvoir célébrer en plein air à 50, comme en témoigne Madame Clotilde de Merode, propriétaire du château : « L’abbé Éric nous a dit avoir pensé à la cour du château, notamment parce qu’il y a les arches sous lesquelles s’abriter en cas de pluie. Avec mon mari, nous avons accepté d’emblée : c’est une grande grâce d’accueillir l’eucharistie chez nous et de voir ce lieu vivre… et de le voir vivre pour Dieu. »

À la sortie, le sentiment qui primait était la joie de se retrouver après des semaines à vivre les célébrations seul ou en famille, par zoom. « Aujourd’hui, je retiens un mot : COMMUNAUTÉ, nous partage ce paroissien, ravi. Ca fait du bien de se retrouver en assemblée. J’aime aussi cette cour intérieure du château que je découvre et qui donne le sentiment d’être enveloppé. Cela favorise la dimension communautaire, comme à l’église de Froidmont où nous célébrons en cercle. J’encourage les autres paroisses à tenter l’expérience du plein air. » Ou cette maman venue avec ses enfants : « Avec les enfants ce soir, on a troqué la tablette pour le plein air… célébrer dans le cadre du château était magnifique, même si le lieu importe peu : c’est la communion avec Jésus que je recherche. »

(Merci à François-Xavier de Viron pour le partage de ses photos)

Malèves – Jardin de la cure

Dimanche 9 mai, dimanche exceptionnel. Au coeur du jardin de la cure de Malèves, les paroissiens venus en nombre autorisé ont participé à la messe dominicale sur fond de la joie des retrouvailles. Les enfants du KT, première année, deuxième et troisième année ont donné une dimension intergénérationnelle à cette messe. Rendez-vous est encore pris pour jeudi, fête de l’Ascension (Abbé Alfred Malanda).

Villers-la-Ville – église abbatiale de l’Abbaye

Voilà 3 années que Léa, Anaïs, Achille, Aline, Alycia, Helena et Marie se préparaient à la confirmation à Villers-la-Ville. Alors ce matin, après avoir essuyé des reports de dates pendant un an, c’était enfin le grand jour… On peut dire que leur patience a été récompensée, puisque c’est dans le splendide cadre des ruines de l’Abbaye qu’ils ont eu la joie de recevoir le sacrement de la confirmation. « C’est tout à fait exceptionnel de célébrer des confirmations ici, précise Nadine, animatrice de confirmation. L’Église ne peut célébrer dans les ruines de l’Abbaye que trois fois par an : lors du pèlerinage à Notre-Dame des affligés, à la Saint-Bernard et à la Saint-Hubert. Cette année, nous avons profité de la réservation de l’église abbatiale pour nous, pour le pèlerinage à Notre-Dame des affligés qui n’a pas pu avoir lieu, pour inviter les jeunes ici et célébrer des confirmations. » >>> Voir toutes les photos et lire l’écho de la célébration des confirmations.

Tubize – Parvis de l’église

À Tubize aussi, les terrasses étaient sorties, avec des tonnelles. Aussi, le temps capricieux n’a pas eu raison des paroissiens heureux de revenir et de se retrouver enfin. C’est sur le parvis de l’église du Christ ressuscité que le Père André Sarota les a accueillis pour cette eucharistie festive.

Propos recueillis par Elisa Di Pietro
Service de Communication

 

Sur le même sujet

Derniers articles