Église catholique en Brabant wallon

Archidiocèse de Malines-Bruxelles (Belgique)

Église catholique en Brabant wallon

 

Voeux de Noël 2020 des évêques de Belgique

Chers amis,

Noël 2020 est à nos portes : un Noël différent où il faudra se protéger du coronavirus.

Différent car nous n’aurons pas de célébration solennelle de Noël à l’église, de grande tablée familiale à la maison ou au restaurant, de table d’hôtes pour les défavorisés ou les sans domicile fixe.

Qui sera là ? Tous ceux qui font partie du récit de Noël.  Regardons.

Nous voyons des pères et des mères – avec leurs enfants : des familles qui veulent profiter de la chaleur et du soutien de leurs membres.

Comme la petite famille de Bethléem, Marie, Joseph et Jésus, ils n’ont ni espace, ni confort mais ne veulent manquer aucune occasion d’être ensemble.

Dans la rue, nous voyons des enfants et des jeunes, moins nombreux à la suite du coronavirus, ils suivent leurs cours pendant de longues heures derrière leur écran d’ordinateur, ils ne peuvent plus participer aux mouvements de jeunesse ou se rendre à l’entrainement.

Nous voyons très peu d’étudiants à l’Université ou à la Haute-Ecole : ils mènent une existence quasi cachée car ils suivent leurs cours en ligne.

Ils aspirent tous à des temps nouveaux de liberté et de convivialité, comme les bergers dans la nuit, au milieu des champs.

Nous voyons des médecins, des infirmières, des soignants vêtus de combinaisons de protection. Jour et nuit, en semaine comme le week-end, ils travaillent sans relâche pour aider les patients atteints du coronavirus.

Nous voyons une société qui se mobilise, des scientifiques et des politiciens, des économistes et des sociologues, qui veulent tenir tout le monde à flot, ne perdre personne.

Ils offrent un visage différent de l’homme et de la société, ce sont les précurseurs d’un monde nouveau, un monde divin.

Nous voyons les victimes de conflits armés et de régimes incompétents dans le monde, des réfugiés à la dérive, anxieux, désespérés.

Mais aussi ceux qui se lèvent pour défendre l’équité et la confiance, au milieu des nombreuses voix discordantes d’aujourd’hui.

Nous en voyons qui œuvrent à la solidarité des concitoyens d’origines, de langues et de cultures différentes, des enfants de familles aisées et moins aisées.

Ils entonnent un chant, celui de la paix, comme les anges du haut du ciel, la nuit de Noël.

Nous en voyons qui méditent, qui lisent, observent autour d’eux, qui débattent dans les journaux et les émissions télévisées, certains amicaux ou d’autres plus crispés, brillants ou parfois superficiels, en recherche de réflexions inspirantes ou d’idées précieuses.

Ils cheminent ensemble en quête de sens et de profondeur, les uns avec Dieu, les autres sans.

Insatisfaits de tout ce qui a été dit ou écrit, ils cherchent la ‘lumière du monde’ comme les trois sages d’Orient – un simple nouveau-né.

Nous voyons la lumière des bougies qui éclairent de nombreuses fenêtres cette année, des bureaux ou des places ornés en plus grand nombre pour Noël, des églises dont la lumière intérieure brille vers l’extérieur, surtout le soir, lorsque la nuit tombe.

La lumière et la chaleur que répand chaque bougie est une victoire sur l’obscurité et le froid.

Chaque petite lumière est un clin d’œil pour le passant, l’inconnu.

Chaque flamme évoque le feu et la lumière d’en haut, comme les innombrables constellations et l’Etoile qui éclaire le ciel sombre au-dessus des champs de Bethléem.

Chers amis,

Noël sera différent cette année. Le coronavirus nous y oblige. Nous nous sentons particulièrement proches de toutes les familles qui, à la suite du coronavirus, ont perdu un des leurs ou un ami au cours de l’année écoulée. Cette perte leur sera fort douloureuse dans les semaines à venir.

Mais la crèche reste pareille. Tous les personnages familiers sont là. Le message de Noël peut à nouveau retentir : Dieu nous est proche dans son humanité, Jésus vient partager notre condition humaine, l’Esprit nous tire de la peur et de l’insécurité et nous pousse à être solidaires des plus pauvres.

Au nom de tous les évêques, je vous souhaite la chaleur d’une communion profonde entre vous et avec Dieu en ce temps de Noël.

Noël : joie au ciel et paix sur terre !

 

 

 

 

 

Le cardinal Jozef De Kesel et les évêques de Belgique

Sur le même sujet

Derniers articles