Une journée D’FY en chanson

Le samedi 28 janvier 2017 était inscrit à l’agenda d’une centaine de jeunes de 12 à 15 ans des quatre coins du Brabant wallon. Ces derniers étaient attendus à Louvain-la-Neuve pour la journée D’FY (Day For You ) organisée par la Pastorale des jeunes du BW autour du thème « Engage-toi, changer de vie » avec un invité d’exception, le chanteur chrétien français Grégory Turpin.

La journée D’FY revêtait un accent particulier cette année grâce à la présence de Grégory Turpin qui a témoigné en début d’après midi et donné son premier concert en Belgique, en soirée. Le chanteur français avait déjà témoigné dans de nombreuses écoles du Brabant wallon pendant toute la semaine. Il a partagé à nouveau des éléments de sa vie, en précisant d’emblée « Je n’aime pas parler de moi, mais je le fais car mon parcours peut en aider d’autres ». Né en 1980 dans le sud de la France, Grégory Turpin découvre la foi chrétienne au collège, à 15 ans. Il est en particulier touché par le chanteur Pierre Eliane, carme, qui chante avec sa guitare des textes de sainte Thérèse de Lisieux. « Je découvre que la foi c’est faire confiance, s’abandonner à un Dieu plus grand, ce qui est l’acte le plus simple et le plus difficile en même temps ». Il découvre aussi que lui-même aime chanter, jouer de la guitare et anime de nombreuses messes de jeunes.
Espérer malgré les creux
A 18 ans, il entre au Carmel, mais doit en ressortir un an plus tard pour raisons de santé. « Pendant un an, ce fut le bonheur, j’aimais tout ! », mais après sa sortie , il doit trouver comment « gagner sa vie ». Il se met à chanter dans les bars et à gagner beaucoup d’argent. Il se met aussi à se droguer. Un jour, il refuse de prendre une drogue plus dure que d’habitude, et décide de tout arrêter, mais de continuer à croire en Dieu, d’aller se confesser : « Je suis revenu auprès de Dieu, avec la certitude que Dieu m’aimait ». Après quatre années où il ne joue plus de musique et reprend confiance en lui, il s’investit dans le pop chrétien. « En étant chanteur chrétien, je partage un trésor que je ne peux pas garder pour moi seul ! ». C’est ce trésor que les jeunes ont découvert tout au long de l’après midi, grâce à deux ateliers par groupe. Dans chaque atelier, ils écoutaient l’extrait d’ une chanson de Grégory qui allait être chantée le soir, puis il partageait ce qu’ils avaient retenu et ensuit l’animateur de l’atelier témoignait et proposait une activité pratique. « Nous avons écouté un syrien qui a dû s’exiler, malgré les épreuves qu’il a traversées il a continué à garder la foi, c’était très fort », confie Noémie, de Grez-Doiceau.
D’autres jeunes ont rencontré un pédiatre qui a parlé des enfants différents, à partir de sa pratique médicale et de son expérience familiale «  Nous avons choisi d’adopter un enfant porteur d’une trisomie 21… Le Seigneur nous lance des appels, que l’on sent dans notre cœur, parfois fous aux yeux de la société, mais qui à force d’y penser sont compréhensibles…je pense souvent à cette parole ‘le plus petit d’entre les hommes c’est toi qui le choisis’, et comme le chante Grégory Turpin je crois aussi que ‘malgré les bosses et les creux, l’espérance est là au fond de chacun de nous’ ».
Rien n’est impossible
Les jeunes ont vécu ensuite un temps de prière à la chapelle de la Source, où ils étaient invités à se mettre sous le regard aimant de Dieu. Chacun a écrit une situation difficile puis un merci, un souhait, sur une carte qui leur sera envoyé personnellement dans deux ou trois mois, pour se rappeler de prier et d’oser réaliser leur rêve « changez de vie avant qu’elle ne vous change » leur avait dit d’ailleurs Grégory en début de journée.
Le sommet de la journée fut le concert pop, avec environ 350 personnes dans l’église Saint-François. Quelle ambiance, quelle profondeur dans les paroles,dans la musique ! Grégory Turpin a chanté de tout son coeur le pardon, l’espérance, l’action de grâce, la joie à travers des textes personnels et d’autres auteurs, dont Thérèse de Lisieux et le chanteur Grégoire. Jeunes et moins jeunes ont vécu un moment inoubliable. Un bon nombre de participants se sont dits qu’assurément ce n’est pas la dernière fois que Grégory Turpin est en Belgique…A suivre donc !

Elisabeth Dehorter

Reportage photos

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273