Sr Françoise-Noël, présidente heureuse de sa congrégation bénédictine

Depuis mi-juillet, sr Françoise-Noël a été réélue prieure du monastère Notre-Dame de l’Alliance de Rixensart. Lors du dernier chapitre en avril dernier, elle a été aussi élue présidente de sa congrégation pour neuf années. Elle nous partage quelques traits de la spiritualité bénédictine et ce qui l’anime.

La règle bénédictine date du 6ème siècle, quels traits de la spiritualité retenez - vous pour aujourd’hui ? Comment les adaptez - vous à la vie actuelle ?
Notre vie est rythmée par la prière communautaire six à sept fois par jour, en plus de la méditation personnelle. La prière nous centre sur le Christ, source de notre vie. La vie fraternelle est un autre pilier important de la communauté, ainsi que l’hospitalité. Je suis marquée par les détails de saint Benoît sur la vie commune. Cette règle est pleine d’humanité. Par exemple : « Si lors d’un travail, quelqu’un est faible, on trouvera quelqu’un en bonne santé pour réaliser son travail », ou bien « Si la chaleur du jour est trop forte, il faut arrêter le travail », .... Certaines règles sont très liées aux conditions de vie de l’époque, elles sont alors adaptées en gardant le fondement.
Quel est votre nouveau rôle de présidente de congrégation ?
Mon rôle est d’assurer les liens entre les différentes communautés réparties sur quatre continents : Europe (Belgique), Asie (Bethléem), Afrique (RDC, Tchad) et Amérique du Sud (Brésil). Une de mes missions sera de visiter chaque communauté tous les quatre ans. Cette visite dite canonique a le but de rencontrer les sœurs personnellement, de voir comment elles vivent la règle de saint Benoit, de parler avec un membre du conseil si des difficultés se présentent. Tout au long de l’année, nous sommes informées très régulièrement de ce que chaque communauté vit grâce à des lettres mutuelles. J’ai été en mission quatre années en RDC et conserve donc un lien très amical avec les soeurs de là-bas.
Quelle est la particularité de votre congrégation ?
Une des spécificités de la congrégation de la Reine des Apôtres est la dimension missionnaire. Nous nous engageons dans un monastère mais affirmons notre disponibilité à l’envoi quand nous faisons notre profession solennelle. L’envoi répond à un appel des églises locales, ce n’est pas nous qui arrivons à un endroit pour nous implanter. C’est suite, par exemple, à un appel de l’évêque que les sœurs de RDC sont allées au Tchad.
Vous êtes moniales depuis 1976. Qu’est-ce qui vous donne de la joie aujourd’hui ?
Ce qui me donne de la joie est la certitude que Dieu est avec nous, qu’il nous porte sur la route. La vie fraternelle n’est pas facile, mais elle est source de joie. Je suis heureuse de faire partie d’une congrégation universelle, de voir le lien entre les sœurs lors des épreuves, et comment le Christ nous unit. Heureuse de voir aussi la liberté intérieure qui se déploie, la confiance qu’il ne nous lâchera pas. Nous devons en rayonner pour témoigner que le Christ est là… Cette joie s’est bâtie peu à peu. Dans le doute, les épreuves, la foi grandit. Le Christ dort, mais il est bien présent, il nous dit « Ecoute »… Nous sommes tous invités à nous mettre à l’écoute du Seigneur, dans l’humilité, la banalité du quotidien. Avec le Christ tout peut être nouveau !

Propos recueillis par Elisabeth Dehorter

Le chapitre de mois d’avril

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273