Soeur Christiane Denis, 60 ans de vie monastique !

Fêtée en ce mois d’août dans sa communauté monastique de Rixensart, Sœur Christiane Denis totalise 60 ans de vie religieuse. Une longévité qui s’abreuve à la source d’un amour indéfectible pour le Christ et d’une vraie volonté de servir les autres. Portrait d’une quinquagénaire toujours dynamique !

Dans le hall principal du monastère des Bénédictines, Sœur Christiane avance avec son déambulateur. Visage illuminé. Un sourire presque contagieux. La quinquagénaire respire la joie de vivre. L’interroger sur son parcours suffit pour voir les épisodes de sa vie religieuse défiler. Née dans une famille de cinq enfants, Sœur Christiane Denis a baigné dans une ambiance de foi et de simplicité. J’ai toujours eu envie de tout donner, affirme-t-elle. Un leitmotiv qui l’accompagnera toute sa vie. Chez les guides comme chez les « Dames de Marie » à Uccle, où elle fait ses études secondaires. Malgré le « non » de ses parents et du monastère, l’année 1954 marque son entrée au monastère de Béthanie (près de Bruges). Finis les soucis de santé, Christiane Denis s’envole. Derrière elle, les « 400 coups » avec ses copains ! Avec Paul et Guy, ses frères. Y compris le travail à l’imprimerie sur soie, une propriété familiale. Lorsqu’ intervient sa profession monastique en 1957, Sœur Christiane voit son vœu exaucé.

Les séquences congolaises
Au Congo, j’ai été terriblement marquée par les gens. De 1966 à 1980. De 1985 à 1992, Sœur Christiane séjourne au Congo, à Lubumbashi. Pour épauler la maîtresse des novices. Mais aussi pour s’occuper de l’accueil. Deux séquences qui forgent la personnalité de la jeune sœur. Des années après, elle s’en souvient encore : …aux côtés des mamans congolaises, j’ai appris ce qu’était une personne. La joie, le sourire de ces femmes, même à travers les difficultés, m’ont énormément touchée. Dans la foulée de Vatican II, apprendre le swahili, c’est l’autre chantier engagé par la jeune sœur belge. Une inculturation qui ne disait pas encore son nom. Traduction des psaumes, composition des chants, adaptation des fiches catéchétiques,… autant de fruits de ce chantier. Autour de 1974, avec le groupe Emmaüs, elle s’engage pour les vocations.

Une vie de service
À 84 ans, et 60 ans de vie religieuse, Sœur Christiane puise son dynamisme dans la Règle de Saint Benoît. Sa joie de l’engagement grandit dans un dialogue permanent avec le Christ. Maurice Zundel, Eloi Leclerq ou André Wenin sont des auteurs qui nourrissent sa vie spirituelle. Prieure de la Communauté des Bénédictines de Rixensart pendant 6 ans, Sœur Christiane a porté ses consœurs. Le soin apporté à la liturgie est, pour elle, une jauge de la santé d’une communauté. Selon elle, quand une communauté va mal, cela se ressent dans la liturgie. À cette étape de sa vie, Sœur Christiane considère la vie communautaire comme une chance. Une chance, c’est ce qu’elle dit aussi sur le pape François par rapport à l’Église. Le pape François ose. Il ouvre un chemin de liberté et d’ouverture au monde n’hésite-t-elle pas à marteler.

Et, revisitant son propre parcours, Sœur Christiane note un essentiel : fleurir là où on est planté et ne pas rêver d’être ailleurs

Abbé Alfred Malanda

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273