Recommencements, des adultes en quête de sens

Parce qu’un chemin n’est jamais clos, parce que la vie comporte bien des imprévus, parce qu’il n’y a pas de formule magique, ni de formule toute faite, le Centre pastoral du Brabant wallon propose un parcours catéchétique conçu pour les adultes, en quête de sens.

 

C’est dans le nord de la France qu’est née cette initiative, grâce à une équipe des diocèses de Lille, Cambrai et Arras. Le nom choisi pour ce nouveau type de parcours catéchétique est explicite, il s’agit des « recommencements ».
Pour ancrer la démarche dans le quotidien, une dizaine de réunions est prévue tous les mois, ou mois et demi. Durant une année, les participants sont invités à se croiser pour cheminer ensemble, le temps de ces rencontres. Les groupes sont petits, de cinq à dix personnes, afin de favoriser la prise de parole en confiance. « La méthode est celle de l’expérience et ne demande aucun pré-requis aux participants. », précise l’animatrice pastorale Sylva Machiels. Chaque groupe a une tonalité propre, à l’image de ses participants, toujours différents.
Chacun des groupes est accompagné par deux témoins : l’accompagnateur, qui « manifeste que l’Église reconnaît et encourage l’existence de tels groupes », et un animateur, qui suit le groupe dans sa démarche, « conscient que c’est le groupe et chacun dans le groupe qui fait le chemin ». Autrement dit, le premier ancre le projet dans une dimension locale, le second l’anime.

Des appelés très proches
« Les ‘recommençants’ se trouvent partout où vit l’Église. Proches ou très éloignés des pratiques ecclésiales, ils n’ont bien souvent pas conscience d’avoir déjà vécu un chemin spirituel, parce qu’ils n’ont pas eu l’occasion de le formuler avec des mots. Ils éprouvent parfois un certain malaise d’avoir lâché la pratique chrétienne dans laquelle ils avaient été éduqués et croient cette rupture irrattrapable. Certains ont souffert de l’Église, ils ne désespèrent pas d’elle, mais se sentent à distance, en désaccord. Qu’ils aient buté sur un seuil ou qu’ils se soient simplement éloignés, il s’agit maintenant de franchir une marche. La participation à un groupe leur permet d’inscrire leur expérience personnelle dans le chemin spirituel de l’Église, de telle manière que leur propre bout d’histoire devienne une expérience de croyant chrétien. » Il peut également s’agir de parents qui se posent des questions par rapport à l’éducation religieuse de leurs enfants, de jeunes interpellés par un mariage religieux, d’enfants touchés par l’enterrement de leurs parents. Si les profils sont multiples, et les chemins de vie parfois mouvementés, aucun tracé n’est exclusif, les participants cheminent au gré de leur propre histoire, continuant à approfondir leur foi même longtemps après leur présence effective dans un groupe. Tous les chemins mènent à Dieu, pour qui veut le voir.
Des approches variées sont proposées aux participants, avec les évangiles comme fil conducteur. La force de ces parcours est de s’adapter au vécu des recommençants, quels qu’ils soient, parents, enseignants, jeunes, âgés, hommes, femmes…
 

Angélique Tasiaux (DIMANCHE JUIN 2012)

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273