Mgr Léonard rencontre les profs de religion

C’est à Grez-Doiceau, à la lisière des bois et champs que Mgr Léonard est venu rencontrer les professeurs de religion, directions, membres des Pouvoirs organisateurs, tous accueillis par Paul Vandeleene, directeur de l’école Saint-Joseph-aux-Champs.

Une matinée très pédagogiquement orchestrée par le directeur, qui a permis aux enseignants puis aux enfants, d’avoir un échange franc avec l’archevêque.
 

La quinzaine d’enseignants du libre et du communal, directeurs, prêtres, doyen, inspectrice diocésaine, bénévoles, sans oublier sœur Camille, ont été invités à se présenter avant d’écouter l’exposé de Paul Vandeleene, synthèse des difficultés et des joies vécues au quotidien.

Après avoir pris le temps de concerter les professeurs des écoles du doyenné, le directeur a livré un topo des aspects positifs vécus sur le terrain de l’école, du cours de religion et de l’animation à la foi chrétienne. L’esprit chrétien, les valeurs chrétiennes (respect, écoute, partage, tolérance) ont été relevés à la fois comme point positif et comme difficulté.
De nombreux moyens sont mis en place pour animer à la foi : un local dédié au cours de religion, une tente d’Abraham pour écouter les récits bibliques, des rencontres avec des témoins pour soutenir des actions de solidarité (Missio, Action Damien…), des rassemblements à Noël, Pâques…Ces efforts déployés pour transmettre une culture religieuse et parler de Jésus, sont motivants car ils donnent du sens et le goût de la vie tant à l’enseignant qu’aux enfants. Néanmoins le temps investi dans les préparations et les recherches, amène parfois certains profs au burn out, quand ce n’est pas le-cours-de-religion-qui-saute vécu comme un manque de considération par la personne.

Après cet état des lieux circonstancié, l’échange s’est poursuivi entre les professeurs et l’archevêque. Ce dernier leur a livré sa vision du cours de religion dans l’école chrétienne "là où le Christ est présent à travers l’engagement d’une équipe pastorale, les élèves ont l’occasion de découvrir la beauté de l’Amour de Dieu. Les valeurs citées plus haut (partage, tolérance, respect) ne suffisent pas si elles n’irradient pas en prenant racine dans le Christ, a soutenu l’archevêque. Un cours de religion qui ne serait qu’un contenu informatif, c’est l’hypothèse minimale, si ce cours peut donner des convictions personnelles, c’est beaucoup mieux !".
L’identité chrétienne comme référence et comme définition a été fortement exprimée au cours de l’échange qui a donné la parole également aux PO et directions d’écoles. Tous les témoignages ont convergé vers cet idéal.

Suivant la pédagogie selon laquelle plus le temps passe, moins vive est l’attention, une pause café-biscuit est venue fort opportunément faire la transition avec la deuxième partie de la rencontre, réservée aux enfants. Mgr Léonard se délecte de ces moments où la spontanéité est à l’œuvre et ne se prive pas de répondre aux questions les plus incongrues…

Au rayon des difficultés, l’archevêque reconnaît ne pas aimer beaucoup ce qui est protocolaire, les mondanités. Il a peu de temps pour lui-même, "j’ai un tempérament solitaire et je suis tout le temps occupé à rencontrer des gens…J’ai une semaine entre Noël et Nouvel An, plus quinze jours en été, cela fait 3 semaines où je reste chez moi, je partage mon temps entre la rédaction de mon livre (un par an), un peu de sport (vélo, natation), la prière et le repos". Mgr Léonard avoue ne pas être sur Face Book, mais disposer d’un gsm (fermé) et de deux adresses mail. Pourquoi ne veut-il pas faire Saint Nicolas ? Mais par esprit de corps pardi ! pour ne pas faire concurrence au vrai saint Nicolas, l’évêque turc qui participa au Concile de Nicée. Quant aux doyennés, s’il vient les visiter, c’est parce qu’un pasteur ne peut vivre à 50 kilomètres de son troupeau….

Après s’être assuré que les élèves de Saint-Joseph connaissaient le patron de leur école, l’affectueux pédagogue s’est laissé aller à une conclusion joyeuse, entraîné par sœur Camille (qu’il connaît depuis son enfance car il était son élève en maternelle) sur l’air et paroles de "Veuillez écouter l’histoire d’un malin petit lutin. Cherchez dans votre mémoire le nom de ce gai coquin. Il sifflote, flotte, flotte, hou hou ! hou hou !"

Bernadette Lennerts

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273