Le sacrement de l’onction des malades

Dans le trouble où peut le mettre une maladie sérieuse, le chrétien a particulièrement besoin de garder courage, de lutter contre le mal, de continuer à vivre sa foi en l’amour de Dieu.
A la suite de Jésus, l’Église a institué le Sacrement de l’Onction des malades.
Par l’Onction des malades et la prière des chrétiens, c’est l’Église tout entière qui recommande les malades au Seigneur , pour qu’Il les soulage et les sauve.
L’attitude de Jésus :
« Une femme, souffrant d’hémorragie depuis douze ans, s’approcha par derrière et touche la frange de son vêtement. Car elle se disait en elle-même : « Si je parviens seulement à toucher son vêtement, je serai sauvée. »Jésus se retourna, la vit et lui dit :« Confiance, ma
fille ! Ta foi t’a sauvée. » Et la femme fut sauvée à l’heure même. » Matthieu 9,20-22
Jésus a toujours été proche des malades et de leurs souffrances. Les Évangiles nous montrent que les guérisons qu’il a accomplies sont des signes de la venue du Royaume de Dieu.
Non seulement le Christ se laisse toucher par les malades mais il fait siennes leurs misères :
« Il a pris nos infirmités et s’est chargé de nos maladies »
Par sa mort sur la croix et sa résurrection, le Christ a vaincu le mal, le péché et la mort. Il nous invite à suivre son chemin, à aimer jusqu’au bout et à croire que l’amour de Dieu est plus fort que tout.
Le sacrement de l’Onction des malades est un signe discret de la tendresse de Dieu pour la personne qui souffre, signe que Dieu s’occupe de la personne malade, qu’Il l’aime. Ce sacrement est donné pour vivre dans la foi ce temps d’épreuve qu’est la maladie. Il peut aider toute personne (quel que soit son âge), à comprendre que toute vie a un sens et à grandir au coeur même de sa faiblesse et de sa fragilité. Ce sacrement suppose un acte de foi et d’amour en l’amour de Dieu. Par l’Onction, les malades reçoivent de l’Esprit-Saint un renouveau de confiance en Dieu et des forces nouvelles contre la maladie.

Déroulement de la célébration
« Si l’un de vous est dans la souffrance, qu’il prie ; si quelqu’un est dans la joie, qu’il chante le Seigneur. Si l’un de vous est malade, qu’il appelle ceux qui exercent dans l’Église la fonction d’anciens : Ils prieront sur lui après lui avoir fait une onction d’huile au nom du Seigneur. Cette prière inspirée par la foi sauvera le malade : le Seigneur le relèvera et, s’il a commis des péchés, il recevra le pardon. Reconnaissez vos péchés les uns devant les autres, et priez les uns pour les autres afin d’être guéris, car la supplication du juste agit avec beaucoup de puissance ». Jacques 5,13-16

Comme tous les sacrements, l’onction des malades est une célébration liturgique et communautaire ; ce sacrement se donne dans la mesure du possible au sein de la communauté chrétienne, que la célébration aie lieu en paroisse ou dans un home.
Il est le signe que les chrétiens n’abandonnent pas les frères ou soeurs malades et qu’ils les portent dans la prière.

1. La préparation pénitentielle.
2. Lecture de la Parole de Dieu : Liturgie du Sacrement
- L’imposition des mains est un geste d’appel à la présence et à l’action de Dieu
- L’onction sur le malade de l’Huile bénite symbolise la force que Dieu donne par le sacrement.
4. Prière et bénédiction.

Le signe de l’AMOUR DE DIEU ne s’arrête pas à la célébration.
Si la maladie s’aggrave… nous pouvons demander la communion et la prière de l’Église pour soutenir, accompagner et aider la personne qui souffre à porter ses souffrances en communion avec le Christ.
-----------------------------------------------
Cette information sur le sacrement des malades a pour objectif de vous informer en tant que visiteur de malades ou aumônier hospitalier.
Vous pourrez ainsi le faire découvrir, le proposer et le vivre avec ceux qui vous sont confiés.

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273