Le pélé des Médias catholiques au milieu du gué

De Galilée en Judée… terre natale de Jésus, le pèlerinage poursuit sa marche dans les pas du Christ. Evocation de ces trois derniers jours (jour 4, 5 et 6)

Jour 4
C’est incontestablement le lac de Tibériade qui a occupé le devant de la scène aujourd’hui, puisque nous avons tourné autour de lui, tel un pivot, après avoir été à la source du Jourdain, en mémoire du baptême de Jésus.
Tabgha, le Mont des Béatitudes, la primauté de Saint Pierre, Capharnaüm… tous ces lieux ont connu les pas du Christ. Etonnamment, les abords du lac de Tibériade ont peu changé malgré les aléas des conquêtes. Aussi un pèlerin du XXIème siècle peut-il aisément imaginer Jésus s’y promenant, y grandissant, y prêchant aussi.
La végétation, les couleurs,… tout semble inchangé, dans ce décor préservé.
La célébration au bord du lac restera dans la mémoire de chacun des participants. Un moment de recueillement intense.

Jour 5
De Galilée en Judée… terre natale de Jésus.
La basilique de la Nativité à Bethléem est le lieu de passage obligé des pèlerins qui se pressent en foule pour y admirer l’étoile, symbole du lieu de la naissance divine.
A quelques kilomètres de la ville se trouve encore le Champ des Bergers, heureusement préservé au milieu des constructions qui poussent à vive allure. Ce fut le lieu de notre messe quotidienne.
Venus à l’endroit de la naissance du Sauveur, nous avons prolongé notre démarche par la visite d’une crèche. Ce Foyer de la Sainte Famille est le seul orphelinat de Palestine, tenu par les Filles de la Charité de Saint Vincent.
Cette journée riche en découvertes s’est achevée par l’enseignement du jour de Mgr Hudsyn.

Jour 6
Une journée riche en contrastes…
Après la Palestine, retour à Jérusalem pour y découvrir la maquette géante de la ville il y a 2000 ans et les manuscrits de la Mer Morte à Qumran, dans un musée spectaculaire. Puis, un arrêt prolongé à Yad Vashem qui commémore l’holocauste juif.
A l’image de la Terre Sainte, la diversité était le maître-mot de la journée, qui s’est achevée par une invitation à se retirer au désert, y célébrer l’eucharistie et entrer en coeur à coeur avec le Seigneur.
« Peut-être faut-il un peu de désert, des plages de silence et de recul pour relire sa vie, ce qu’on éprouve, ce qui se passe. Et qu’à travers tout cela il y a quelqu’un qui passe… La foi devient une expérience spirituelle heureuse quand je deviens capable de discerner cela : que ma vie n’est pas une aventure solitaire, mais qu’elle est habitée par une Présence. L’essentiel est d’apprendre à en reconnaître les traces sur le rivage des mes journées. » (Mgr Hudsyn)


MCBF/AT/LT

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273