La catéchèse s’invite à l’assemblée vicariale

Wavre Centre pastoral, mercredi 1er mai… Un vent de fraîcheur très printanier a soufflé ce 1er mai sur l’Assemblée vicariale organisée à l’initiative de Mgr Hudsyn. Une rencontre d’une demi-journée attendait la soixantaine de participants rassemblés pour travailler le sujet " Enjeux et modalités d’un nouveau parcours d’initiation chrétienne pour les enfants et leurs parents".

Loin des discours musclés ou des déclarations tonitruantes d’un traditionnel 1er mai, les prises de paroles se sont fait entendre dans un climat détendu, devant un auditoire appliqué. En un peu plus de trois heures à peine, les participants ont eu droit à un menu copieux : exposés de Mgr Hudsyn et Jola Mrozowska, avant le travail que l’Assemblée a poursuivi en sous-groupes. Les participants, (membres du Conseil du Vicariat, du Collège des doyens, du Conseil presbytéral, du Conseil pastoral, au service de la catéchèse et catéchistes-relais) ont eu ainsi l’occasion d’exposer leur point de vue et d’en débattre en carrefours.
Il revenait à l’évêque et à la responsable de la catéchèse d’ouvrir les travaux de l’Assemblée avec deux interventions complémentaires exposant les lignes de forces qui balisent le projet de catéchèse interdiocésain (but, ingrédients, mise en œuvre).

Pourquoi revoir le dispositif actuel de la catéchèse des 10/12 ans ? Mgr Hudsyn est parti du constat général selon lequel la catéchèse vise à approfondir la foi des chrétiens qui ont déjà reçu une initiation à la foi. La catéchèse ne se déroule plus de façon classique, mais avec ce qu’il appelle "le déboisement de la mémoire chrétienne ", elle est de plus en plus en situation d’éveil à la foi, c’est une catéchèse de première annonce. En effet, reprenant la lettre des évêques, " on ne naît pas chrétien, on le devient ". La transmission de la foi ne s’opère plus par les parents, elle se fait par initiation où l’on expérimente ce qu’on veut découvrir.

Initier et préparer à vivre en chrétien, voilà la proposition de ce nouveau parcours qui s’adresse aux enfants de 7 à 11 ans. A la suite de Mgr Hudsyn, Jola Mrozowska a attiré l’attention sur les divers ingrédients constitutifs de la vie chrétienne : les liens avec la liturgie qui se déploie dans les sacrements, avec la communauté ecclésiale et avec les parents qui s’impliquent dans le cheminement de leur enfant. Pédagogiquement pensé, le parcours s’appuie sur la découverte des aspects fondamentaux de la foi en proposant une méthode qui respecte le développement et l’âge de l’enfant.
Les "porte-parole" du jour ont pu remonter un consensus nuancé des échanges en carrefour. Tous les groupes ont souligné l’importance de la continuité du parcours, de l’implication des parents dans le cheminement de leur enfant, de l’immersion dans la vie chrétienne. Vis-à-vis de l’initiation idéale, les mêmes difficultés ont été pointées face au rythme de familles sur-occupées, éclatées. La résistance de certains parents, la formation des catéchistes, la pauvreté des moyens humains sont indubitablement des freins à la collaboration entière et harmonieuse. A ce stade, l’application du Chantier paroisse été relevée comme la voie à suivre, le fil rouge du parcours.
C’est aussi ce qu’a conclu le théologien Henri Deroitte dans son commentaire. Pour lui la foi chrétienne se propose comme " une conversation et non comme une instruction ". Il s’appuie sur l’accompagnement de tous les acteurs : la catéchèse, les paroisses, et les familles. Favoriser les relations entre eux, c’est fondamental pour une pastorale qui travaille en réseau, a-t-il insisté. Mais la " convergence ne suffit pas, la réussite ce projet pastoral dépend aussi de la prière et du temps de dialoguer ".
B.L.

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273