L’Assomption

Marie immaculée, après sa vie terrestre a été élevée corps et âme au ciel, pour être plus conforme à son fils. Cette solennité célébrée à travers le monde l’est particulièrement dans les lieux où la présence de la Vierge fait l’objet d’une dévotion intense. Pour entrer plus intimement dans cette fête, voici un texte que signe Monseigneur Hudsyn.


 _ Régulièrement nous voyons à la télévision l’arrivée de ces grandes courses de voiliers qui traversent les océans. Quand ces navigateurs rejoignent le port c’est toujours dans l’allégresse générale. Après des jours de traversée où se sont succédés la houle, les accalmies et la tempête, c’est la fête ! _ Aujourd’hui, nous sommes invités à nous réjouir de ce qu’une femme, au travers d’une vie parfois mouvementée, est arrivée à bon port. La bonne nouvelle que représente pour nous Marie, c’est de nous montrer que le chemin qui mène à cette Résurrection que nous promet Jésus, c’est un chemin faisable, c’est un chemin praticable. Ce n’est pas un chemin réservé aux héros, aux navigateurs de l’extrême, à des êtres d’élite. C’est un chemin ouvert à tous les humbles de ce monde, puisque l’humble jeune fille de Nazareth, puisque Marie nous y a précédé. _ Et nous fêtons son entrée dans le ciel dans ce mystère de la résurrection qui nous échappe, qui dépasse ce que nous pouvons comprendre et imaginer mais qui nous dit que Marie est entrée tout entière, avec toute son humanité dans la plénitude de Dieu. Avec toute son humanité, et donc elle n’a pas dû laisser à la porte du ciel ce que ses mains avaient touché du Verbe de vie, ni ce qu’elle avait vu de ses yeux et qui faisait exulter son esprit, ni ce qu’elle avait entendu et qui faisait exalter son âme. Elle n’a pas dû laisser non plus à la porte du ciel son cœur émerveillé par ce que le Puissant avait fait pour elle, ni son cœur blessé par le glaive des épreuves qu’on avait infligé à son Fils ; elle est entrée à la rencontre de ce Fils et de cet époux qu’elle avait aimés avec tendresse et embrassés avec amour. Elle est désormais en Dieu avec tout ce qu’elle avait vécu dans sa chair. Sa vie nous montre que le chemin de la foi et de l’amour, même s’il est parfois rude, c’est un chemin ouvert à tous et qui mène à la Vie. C’est un chemin que peuvent emprunter les humbles et les pauvres de cœur, les êtres charnels et fragiles que nous sommes, avec nos moments de désarroi, et de ténèbres intérieures mais aussi nos moments de joie et de Magnificat ! + Jean-Luc Hudsyn

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273