Journée Internationale du refus de la misère

Ce 17 octobre 2017 se fêtait partout dans le monde, la journée internationale du refus de la misère.

A cette occasion Caritas International et Caritas Secours ont souhaité organiser une journée de rencontre, « Caritas Day » dans le but de réunir les acteurs et si possible les bénéficiaires de l’action Caritas.

Une journée introduite avec doigté et profondeur par Monseigneur Delville évêque de Liège référendaire de Caritas.
En partant de la lettre des évêques « Populorum Communio », il a tracé les 4 grands défis de notre époque. Après avoir expliqué la logique interne de chaque secteur - La Technologie/ le progrès, la Politique/le pouvoir, l’Economie/le gain et l’Ethique/la liberté – il a ébauché les réponses propres à notre temps.
Un moment profond de réflexion et de remise en question sur mon implication dans cette évolution ! A la lumière de l’Evangile je suis obligée de remettre ces 4 secteurs au centre de ma réflexion, en questionnement et en application dans ma vie de citoyenne du monde.
Ensuite la journée s’est prolongée par la participation à des ateliers de discussion sur différentes thématiques d’implication des acteurs de Caritas. Un beau moment d’échange d’idées et de rencontre entre personnes venant des 4 coins de la Belgique.
Une journée forte en partages et pleine d’espoir quant à l’œuvre commune de Caritas.

Après ces moments riches d’enseignements nous nous sommes retrouvés quelques-uns pour un moment de recueillement sur la dalle de commémoration des victimes de la pauvreté, placée, en 2002 sous l’égide d’ATD Quart Monde, sur l’Esplanade du Parlement Européen. Nous étions peu nombreux mais tous profondément recueillis.
Ce moment m’a particulièrement impressionnée par le passage incessant d’employés du Parlement Européen, vacant à leurs occupations, préoccupations, à cent lieues de la signification de cette dalle, qu’ils foulent régulièrement, dédiée aux plus démunis, … . Une remise en question, une invitation à la réflexion et au changement dans cette ruche bourdonnante d’argent et de pouvoir.

Etant donné que cette année était aussi l’occasion de fêter les 100 ans de la naissance de Joseph Wresinski, ainsi que les 30 ans de la fondation du mouvement d’ATD Quart Monde, un évènement avait été organisé au Collège St-Michel.
Une trentaine d’associations, néerlandophones et francophones, ont été réunies pour partager leurs expériences et expliquer leurs actions en faveur des plus démunis, nous permettant ainsi de découvrir différentes alternatives créées par les personnes vivant la pauvreté et d’autres. En écho à l’intervention de Monseigneur Delville le matin, cette rencontre d’associations voulait démontrer une société plus juste qui se construit avec tous, et surtout avec les personnes les plus exclues. Que ce soit au sujet des inégalités sociales, de l’éducation ou du climat, la voix des exclus, est indispensable pour penser le monde de demain.
Le spectacle a débuté par 10 beaux témoignages qui nous ont démontrés que, face aux violences de la pauvreté, les personnes qui la vivent développent des formes de résistance. Témoignages poignants de vérité, de sensibilité et d’humanité.
Résistance aussi chez les jeunes qui expriment leur colère, leur incompréhension par le théâtre ou la musique. Ils nous ont montré que malgré leurs différences, leurs souffrances dues à la pauvreté, ils ont quelque chose à nous dire et à transmettre.
Cette journée m’a profondément ébranlée et me pousse à me positionner d’avantage, me remettre en question sur ma façon de gérer le bien commun :
Il est important de rendre visible l’invisible
mais avant tout il faut rendre visible le combat,
la force des personnes confrontées à l’exclusion
pour nous amener vers un monde plus juste.

Catherine Moens
18 octobre 2017

Pour voir les photos de cette journée

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273