"J’étais en prison et vous êtes venus me voir"

Les journées nationales des prisons auront lieu du 22 au 29 novembre. A cette occasion, les évêques francophones publient une lettre que signe en leur nom Mgr Harpigny. Elle se trouve à l’intérieur d’un dépliant illustré par un détenu à la prison de Lantin en 2009. On y découvre également une prière qui peut être lue lors des célébrations dominicales des 22 et 23 novembre, comme le suggère Mgr Hudsyn.

Mgr Hudsyn appuie cette initiative par ces mots :
« Les évêques francophones de Belgique ont choisi de s’associer aux associations qui organisent les journées nationales de la prison, dont les Aumôneries catholiques, protestantes et orthodoxes, les Conseils musulmans et laïcs, la Ligue des Droits de l’homme, l’Observatoire international des prisons, les Commissions de surveillance,…
L’objectif de ces journées nationales est de sensibiliser le grand public à la réalité de la vie en prison aujourd’hui en Belgique, et d’éviter de tomber dans le piège des idées simplistes (style « prison 5 étoiles » ou « prison gruyère »). Cette sensibilisation se veut avant tout un acte citoyen afin de ne pas oublier que la prison fait partie de la société au même titre que l’école ou l’hôpital. Pour nous chrétiens, c’est aussi l’occasion de nous laisser interpeller dans la foi et dans l’exercice de la charité et de la solidarité.
En mai dernier, Mgr Harpigny publiait une lettre en ce sens à l’attention de nos communautés chrétiennes. Cette lettre passée sous silence dans l’actualité, nous souhaiterions lui donner plus d’écoute et d’attention. C’est pourquoi nous l’éditons sur un flyer à destination des chrétiens de nos assemblées.
Je fais appel à votre collaboration : je vous propose de lire ensemble la prière et/ou de distribuer le flyer suivant lors des célébrations dominicales des 22 et 23 novembre. L’évangile du jour s’y prête assez bien : « J’étais en prison et vous êtes venus jusqu’à moi ! » Ce flyer est aussi un bon outil pour lancer une réflexion dans nos mouvements et nos équipes. Déjà, en lien avec mes confrères évêques, je vous remercie.
 »
Mgr Jean-Luc Hudsyn

« Chers frères et sœurs dans le Christ,
Dans notre pays, l’écart entre les riches et les démunis se creuse. Les mécanismes de solidarité se détricotent, le nombre de personnes exclues et de personnes incarcérées explose. Un repli sur soi et une réaction de plus en plus sécuritaire nous guettent. C’est dans ce contexte de société que les constructions de prisons se multiplient, malgré les rapports d’experts qui proposent d’autres voies pour diminuer la récidive et la criminalité.
Nous sommes invités à porter, comme le Christ, un regard fraternel et libérateur sur les victimes et sur les personnes incarcérées. Saint Matthieu, dans son évangile au chapitre 25, nous relate la parole originale et neuve que Jésus met dans la bouche du roi, lors du jugement dernier : « J’étais en prison et vous êtes venus à moi » et plus loin « Oui, je vous le déclare, toutes les fois que vous l’avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi-même que vous l’avez fait ».

Sous le regard de Dieu, chacun reste toujours plus grand que son acte délictueux ou criminel. Dans les prisons, les équipes d’aumônerie sont les témoins des chemins de découverte de la miséricorde de Dieu et du relèvement de l’homme confronté aux conséquences du mal qu’il a commis. Cette Église du dedans des murs est la part de l’Église incarcérée. Nous sommes invités à porter régulièrement dans la prière tant les victimes que les personnes détenues.

Dans la plupart des villes et des villages, des familles sont touchées par l’incarcération d’un de leurs membres. Elles en subissent souvent les conséquences relationnelles et sociales. Nos communautés sont appelées à soutenir les familles qui vivent cette épreuve.

S’il est bon que les chrétiens du « dehors » restent préoccupés du devenir des chrétiens du « dedans » durant l’exécution de leurs peines, ce l’est tout autant quand ils la terminent et retrouvent le monde libre. S’il est vital que leur famille, que leurs enfants ne soient pas mis à l’écart de nos communautés, les ex-détenus ont eux aussi besoin d’être réintégrés dans des réseaux relationnels.

Dans notre société, il est prophétique que des chrétiens les accompagnent dans leurs efforts de réhabilitation et de réinsertion. Puissent nos communautés inventer de nouveaux chemins d’Église pour accompagner la personne qui sort de prison et contribuer ainsi, modestement, à lui rendre une place dans notre société et à éviter la récidive. Nous croyons que chacun porte en lui la dignité d’enfant de Dieu et qu’il existe un avenir possible pour tous. Nous voulons cultiver l’Espérance et la Paix au cœur de notre société. »
Mgr Guy Harpigny, pour les évêques francophones de Belgique

Prière

Seigneur, toi seul peux
changer notre cœur habile à condamner,
et nous aider à discerner ce qui est juste.

Exauce nos prières pour ceux qui sont en prison ;
qu’ils ne sombrent pas dans le désespoir
mais trouvent la force de se renouveler.

Exauce nos prières pour toutes les victimes.
Que s’ouvre pour chacune d’elles
un chemin de guérison, vers la paix.
Que leurs proches soient leur soutien
afin de rester debout.

Pour nous-mêmes,
rappelle-nous notre responsabilité fraternelle,
envers celles et ceux qui sont rendus à la liberté.
Que nous leur permettions
de retrouver une place digne
dans nos communautés et dans la société.

Amen

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273