Don Bosco : Cap sur le bicentenaire !

L’année 2015 marque le bicentenaire de la naissance de Don Bosco (1815-1888), prêtre et éducateur visionnaire. À cette occasion, la famille salésienne de Don Bosco organise, tout au long de l’année, de nombreux événements ouverts à tous en France et en Belgique francophone. Pour en savoir plus sur celui que Saint-Jean-Paul II nomma « Père et maître de la jeunesse », le charisme salésien (en Brabant wallon et à Bruxelles), nous vous proposons un article qui porte la signature d’une salésienne bien de chez nous, sœur Geneviève Pelsser, fma.

1815-2015 : la Famille Salésienne fête les 200 ans de la naissance de Don Bosco ! Salésiens et salésiennes de Don Bosco, salésien(ne)s coopérateurs/trices, volontaires de don Bosco, ami(e)s et ancien(ne)s, mouvement salésien des jeunes ; tous, se retrouvent autour de leur « père » commun Don Bosco (1815-1888), ce prêtre italien, passionné par le Dieu de Jésus-Christ, qui a cru qu’en tout jeune sommeille un saint.

Aux racines d’un rêve

A neuf ans, Jean Bosco fait un songe qui va orienter toute sa vie. Il voit une multitude de garçons qui se battent et blasphèment. Il court vers eux pour les faire taire, par la force. Tout à coup, apparaît près de lui un homme majestueux, au visage inondé de lumière qui lui dit : « Ce n’est pas avec des coups, mais par la douceur et la charité que tu t’en feras des amis » . En se retournant, à la place des enfants, il aperçoit des animaux sauvages et une dame, vêtue d’un manteau resplendissant, qui le prend par la main avec bonté et lui dit : « Regarde, voilà ton champ d’action.. Deviens humble, courageux et fort, et ce que tu vois arriver à ces animaux, tu le feras pour mes enfants. Je tournai mon visage et à leur place de je vis des agneaux, qui couraient, bêlaient, inoffensifs » .
Le songe devient réalité et inspire la mission de Don Bosco : avec les jeunes, vivre cette transformation pour passer de la peur à la confiance, de la violence à la douceur, de l’indifférence à l’amour. Mais il n’est pas seul dans cette aventure : il fera l’expérience profonde de la présence de Dieu, de Marie et des jeunes à ses côtés !

« Sans votre aide, je ne peux rien faire »

La pédagogie de Don Bosco est une pédagogie de l’Alliance. Sa source : l’initiative gratuite de Dieu qui aime et se plaît avec l’homme, qui partage ses joies et ses fragilités. Don Bosco n’aura de cesse de dire à ces jeunes : « Je me sens bien ici avec vous, c’est ma vie que d’être avec vous » . Eduquer c’est commencer par montrer au jeune que l’on se soucie de lui : « sans affection, pas de confiance, et sans confiance pas d’éducation » . Pour que cette alliance entre l’éducateur et le jeune puisse se vivre, une réelle relation de confiance doit pouvoir s’instaurer. L’éducateur cherchera à se laisser traverser par l’amour bienveillant, plein de sollicitude de Dieu pour le jeune ; cela seul peut ouvrir le chemin d’une réelle communication et susciter chez le jeune affection et disponibilité pour cheminer.

« L’éducation, une affaire de cœur »

Fondée sur les notions de présence et de confiance, la pédagogie salésienne vise à accompagner le jeune dans son quotidien et à lui donner les moyens de s’accomplir dans toutes les dimensions de sa vie. Ainsi, toute proposition salésienne cherche à être une maison qui accueille, une école qui ouvre à la vie, une cour de récréation où les complicités se créent, où la personnalité du jeune s’affirme et une église qui ouvre à Dieu, à la quête de sens. Voilà ce qui fait le cœur de l’oratoire fondé par Don Bosco. C’est bien plus qu’une structure. Il s’agit d’une manière d’être. La force de Don Bosco, c’est la relation qu’il parvient à instaurer avec le jeune. Là où certains les traitent avec suffisance, voire condescendance, lui tâche d’établir au plus vite une relation de confiance. Ce que Don Bosco nous a laissé ? Une façon d’être avec les jeunes, une nouvelle forme de présence éducative. La vie à l’oratoire était en effet tout entière basée sur la confiance, et trouvait aussi sa régulation dans un règlement bien réfléchi. Car pas d’amour sans loi.

« Je crois en toi… »

La pédagogie de Don Bosco est une pédagogie de la « grâce », de l’amour agape, amour qui se donne sans compter. Don Bosco présentera cette charité comme fondement de son système éducatif : « la pratique de cette méthode pédagogique repose toute entière sur ces mots de saint Paul : la charité est longanime et patiente, elle souffre tout, mais espère tout et supporte toutes les contrariétés ». Cet amour patient, acharné et humble, vécu concrètement dans la relation éducative, en particulier avec celui qui est plus en souffrance, au travers parfois des contrariétés et des transgressions, va peu à peu permettre de creuser un tunnel de lumière dans l’obscurité. Il va permettre au jeune de se sentir respecté pour ce qu’il est, à savoir une personne avec son mystère. Il peut alors accueillir cette conviction porteuse de vie, qu’il est aimé pour lui-même. Tenter d’aimer ainsi, comme Dieu aime, cela dépasse largement nos possibilités humaines. Cela ne peut se faire sans l’aide de Dieu lui-même. Cette conviction, Don Bosco nous l’a laissée, en revenant très souvent sur le récit du rêve de ses neuf ans. Une manière de nous dire, écrit Xavier Thévenot : « Recevez-vous de Dieu, éduquez dans et par son amour ; c’est là le seul chemin qui peut vous faire devenir ce que doit être tout éducateur authentique : un ouvreur d’avenir ».

Quelle présence salésienne à Bruxelles et au Brabant Wallon ?

Ce trésor du charisme de Don Bosco se vit de différentes manières aujourd’hui. Les sœurs salésiennes, entourées d’une équipe éducative dynamique, et d’un groupe de salésiens coopérateurs , vivent ce projet d’éducation à l’internat Don Bosco de Ganshoren, accompagnant dans leur croissance une centaine d’enfants, de jeunes et d’étudiants. Elles forment aussi de jeunes animateurs à cette pédagogie par un camp de formation au volontariat qui se déroule en juillet. Une façon d’offrir en même temps des vacances aux enfants et ados du quartier. A Louvain-la-Neuve, la communauté des soeurs salésiennes ouvre ses portes à 18 étudiants qui partagent avec elles cet esprit de famille salésien, en s’impliquant dans l’alphabétisation et une bibliothèque de quartier, et en creusant ensemble la dimension spirituelle de leur vie. En lien avec des membres de la paroisse, elles accueillent chaque vendredi une trentaine de jeunes adolescents (l’oratoire) pour un temps de convivialité, de jeux, de repas partagé, de prière, et de formation pour les aînés. Elles accompagnent aussi les jeunes et animateurs du patro Don Bosco qui fêtera cette année ses 10 ans d’existence.
La présence salésienne se vit aussi dans les écoles Don Bosco de Woluwé St Lambert et Woluwé St Pierre. La Famille Salésienne de Belgique, s’engage aussi dans l’animation du Campobosco, un rassemblement de jeunes belges et français dans le plus pur esprit salésien.

Des projets particuliers pour cette année du Bicentenaire ?

Oui, beaucoup. L’idée, c’est de fêter bien sûr le 200e anniversaire de la naissance de Don Bosco, mais aussi de re-naître toujours plus en profondeur, en fidélité créative, à ce qui fait l’essence du charisme salésien. Pour cela, nous voulons, avec Don Bosco, continuer à croire dans les jeunes, à croire qu’ils sont capables de se dépasser, de donner le meilleur d’eux-mêmes. C’est pourquoi, nous monterons avec une septantaine de jeunes, la « Don Bosco Academy », une comédie musicale coachée par des professionnels, qui évoquera la passion éducative de Don Bosco. Rendez-vous à Bruxelles au Collège Don Bosco le 17 octobre 2015. N’hésitez pas à surfer sur www.don-bosco.net et www.salesiennes-donbosco.be pour découvrir nos propositions d’activités et de camps pour jeunes, différents outils (films et livres) et tous les événements du Bicentenaire, à commencer par le fête de Don Bosco à Ganshoren le 31 janvier.
Sr Geneviève Pelsser, fma.

Bientôt à Liège

Vendredi 30 janvier prochain, l’Institut Don Bosco (Rue des Wallons, 59 - 4000 Liège Liège présentera l’exposition photographique « Don Bosco, le bicentenaire ». L’exposition est accessible jusqu’au 7 février, aux horaires d’ouverture de l’établissement (de 10h à 18h).
Cette exposition, réalisée avec les élèves des instituts Saint-Luc de Liège et Tournai, illustre, à travers une cinquantaine de clichés, les trois mots-clés de la pédagogie salésienne : « Accueil », « Joie » et « Bienveillance ».
Toutes les informations sur cet événement à l’adresse : http://bit.ly/expoliege !
L’exposition sera présentée ensuite dans les maisons salésiennes de Remouchamps, Bruxelles, Huy, Verviers et Tournai, ainsi qu’en France.

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273