Chapitre de toutes les nations pour les bénédictines

Ce dimanche 19 avril matin, le monastère Notre-Dame de l’Alliance de Rixensart vivait d’une frénésie inhabituelle. Des soeurs bénédictines dans des habits très différents participaient à la messe exceptionnellement déplacée à 10h, reflets des différents pays dont elles provenaient. L’eucharistie envoyait les déléguées des monastères pour le chapitre général de leur congrégation.

« L’universalité à laquelle nous invite l’évangile des pèlerins d’Emmaüs est bien visible aujourd’hui ! » s’est exclamé Eric Mattheeuws, qui présidait l’eucharistie dominicale. En effet, tous les quatre ou cinq ans, les sœurs bénédictines de la Congrégation de la Reine des apôtres, à laquelle appartient le monastère Notre-Dame de l’Alliance de Rixensart, se réunissent pour un chapitre général. Les monastères sont implantés sur quatre continents : Angola, République Démocratique du Congo (Kinshasa, Katanga), Tchad, Portugal, Bethléem, Brésil : Parana ( Mandirituba) et Amazonie (Itacoatiara). Tous les neuf ans, le chapitre élit une nouvelle présidente de congrégation, ce qui est le cas en cette année 2015. Les déléguées de chaque monastère partaient dimanche après-midi pour une semaine à l’abbaye de Scourmont afin de faire le bilan de chaque communauté, de réfléchir sur le charisme et projets de la congrégation et de procéder à l’élection de la présidente. Un jour de détente est prévu au monastère d’Hurtebise. L’ eucharistie dominicale enverra les sœurs vers leurs missions respectives.
De Loppem au Tchad
La congrégation de la Reine des Apôtres est un ensemble de monastères liés par des liens historiques de fondation, la maison mère étant le monastère Notre-Dame de Béthanie à Loppem-Bruges en Flandres. Elle réunit environ 170 sœurs au total. Chaque monastère est cependant autonome. « Ce qui lie les monastères au sein de la congrégation sont des liens de fraternité, explique sr Françoise-Noël, prieure du monastère de Rixensart. Certaines sœurs ont parfois des temps de formation ensemble, où vont pour un temps dans l’un ou l’autre monastère. A l’intérieur de la congrégation, certains monastères sont dits ‘affiliés’ entre eux, suite à l’envoi de moniales pour fonder un autre monastère. Une des particularités de notre congrégation est en effet d’être missionnaire, nous sommes prêtes à partir ! » Le monastère de Rixensart est ainsi affilié à L’arbre de Vie à Kinshasa, et au Prieuré Notre-Dame de l’Assomption, à Bossut. Le monastère « chapeau » veille à la bonne vie des communautés affiliées : aspect financier, nombre suffisant de sœurs en fonction des besoins. La communauté présente en RDC a elle – même envoyé des moniales au Tchad. Sr Françoise-Noël se réjouit de la présence bénédictine au Tchad « Les sœurs de RDC sont parties au Tchad, répondant à un appel de l’évêque. Elles sont arrivées dans une région musulmane, et ont été très bien accueillies. On leur a même demandé récemment d’ouvrir une école. Le chef du village a choisi de venir quelques semaines dans le monastère pour un temps de convalescence au calme. Les relations quotidiennes se passent bien ! » A Bethléem, le mur du monastère touche pratiquement le mur de séparation entre Israël et les territoires palestiniens… « En Amazonie nous sommes à trente kilomètres du premier grand hôpital » confiait sr Maria-Paula, présidente brésilienne de la congrégation. On le voit, chaque monastère est ancré dans la culture locale, à l’écoute des situations géopolitiques et des besoins de la population. Outre les offices et le travail, les monastères bénédictins ont tous un point commun : avoir un lieu d’accueil, être à l’écoute des personnes qui viennent.
Un esprit de famille
Une lettre mensuelle donne à toutes les sœurs de la congrégation des nouvelles de chaque monastère, ce qui permet de bien se connaître et de prier les unes pour les autres. Sr Marie-Marthe, qui a été 47 ans en RDC et depuis six ans en Belgique à Bossut, s’est dit très émue de voir toutes les sœurs ainsi rassemblées, si diversifiées. «  C’est étonnant mais nous nous connaissons comme dans une grande famille, grâce aux nouvelles mensuelles. Pour moi c’est un jour de fête de nous voir réunies ! ». Un réel esprit fraternel et joyeux habitait le cloître lors du verre de l’amitié, où les moniales et les participants à la messe ont pu se rencontrer, aborder la vie d’un monastère au Congo où les moniales travaillent dans un hôpital, ou celui de Loppem-Bruges qui accueille dans ses murs l’internat de jeunes filles. C’était bien l’universalité de l’Eglise que chacun a pu percevoir. Passées les difficultés administratives pour l’obtention d’un visa pour les sœurs africaines, les moniales rayonnaient de joie en se retrouvant avant une semaine dense par les réflexions à mener et les décisions à prendre. Toutes les moniales auront à cœur de prier en communion avec les sœurs réunies pour ce chapitre, afin que l’Esprit inspire chacune d’elle.

Elisabeth Dehorter

http://www.monastererixensart.be

Photos de la messe et de l’apéritif

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273