Bienheureux ceux qui font miséricorde

Comme à Rome, les trois églises jubilaires (Saint-Médard, Notre-Dame de paix et de Concorde et Sainte-Gertrude) ont refermé les portes de la Miséricorde dans un bel ensemble communautaire dimanche 13 novembre à Nivelles. Cette clôture de l’Année sainte a donné lieu à une diversité de gestes et signes symboliques avant et au cours de la célébration eucharistique que présidait l’évêque du Brabant wallon entouré du diacre principal, de son adjoint et des prêtres des églises jubilaires.

Paroisses, Unités pastorales et Communautés du Brabant wallon ont convergé vers la collégiale Sainte-Gertrude de Nivelles afin d’y vivre dans un esprit de fête et d’action de grâce la clôture de l’Année sainte. Aux pèlerins, quatre itinéraires de départ étaient proposés pour rejoindre la collégiale Sainte-Gertrude. Pour entamer la marche ceux-ci avaient le choix de l’itinéraire et de la « porte », une réflexion ou des questions à partager, la lecture d’un extrait de la lettre du pape François (Le visage de la Miséricorde), un psaume, un chant… chacun y a contribué avec confiance et bienveillance.
Accueillis à la collégiale, tous ont eu l’occasion d’exprimer une action de grâce, une expérience de miséricorde, une prière sur des post-it colorés joliment ordonnés comme autant d’offrandes fleurissant un parterre de trois panneaux.
Une fois n’est pas coutume fidèles, pèlerins et prêtres se sont mélangés dans une collégiale disposée de façon plutôt inattendue. Les chaises disposées en arc de cercle regardaient vers l’autel, érigé au milieu de la nef centrale devant une Croix de Taizé et l’icône de la Vierge.
La miséricorde, on s’en doute, aura tissé la trame de l’entière célébration. L’évêque en a rappelé les plus belles déclinaisons dans son homélie. « Elle est au cœur de sa Bonne Nouvelle. Elle est ce « soleil » qui apporte « dans son rayonnement la guérison » comme nous l’a dit le prophète Malachie. Et c’est cette attitude de miséricorde dont Jésus rayonnait qui faisait renaître la vie, là où il passait, qui relevait et guérissait… Aussi, pratiquer la miséricorde comme lui, c’est continuer à faire avec lui, œuvre de résurrection. La pratique de la miséricorde, c’est ce qui nous garde en vie - nous, les autres, notre vivre-ensemble. Nous le savons bien : ce qui donne le gout de vivre, et, certains jours, le courage de vivre, c’est d’être accueilli avec bienveillance là où on en est ; c’est cet art de faire confiance et de croire en l’autre dont certains ont le talent ; c’est cette merveille que la foi nous révèle : chacun, nous sommes entourés, environnés par cet amour et ce pardon de Dieu qui dépassent tout ce que nous pouvons imaginer. »
Lire tout le texte de l’homélie de Mgr Hudsyn
Mis à contribution, les fidèles, à l’invitation du chanoine Eric Mattheeuws, ont eu l’occasion de partager avec leurs voisins immédiats une expérience de miséricorde vécue dans l’année. Ce fut une joyeuse opportunité de témoigner, de sortir de soi, d’aller vers l’autre…
La prière universelle a permis de rassembler l’action de grâce des pastorales en liens avec les œuvres de miséricorde avant de céder la place à la procession de membres des trois églises jubilaires, chacune représentée par un objet symbolique.
Enfin, l’évêque a béni l’assemblée particulièrement proche des célébrants grâce à la configuration des lieux, l’exhortant et l’envoyant à poursuivre sa mission, comme il l’avait prononcé dans son homélie : « Pour tout cela, oui, nous allons rendre grâce à Dieu, faire « eucharistie ». Et comme chaque eucharistie est aussi un « envoi », nous allons demander à l’Esprit du Seigneur d’envahir nos cœurs : pour que cette miséricorde continue d’irriguer notre vocation à chacun, notre façon d’être en Eglise, nos missions dans le monde et dans l’Eglise. »

Bernadette Lennerts
vidéo : © Up de Ramillies

Voir le reportage photo

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273