Au volant de son motorhome à la rencontre des gens du voyage

Sr Jean-Luc Pirson est responsable de l’aumônerie pour les gens du voyage en Brabant wallon, une pastorale qui s’adresse tout particulièrement aux personnes nomades. Depuis que Sr Jean-Luc s’est vue confié cette mission (en outre) pour le diocèse de Namur, il vous arrivera peut-être de croiser le motorhome de cette grande voyageuse sur les routes d’Outre-Meuse...

Toute sa vie, soeur Jean-Luc Pirson s’est occupée en tant qu’institutrice maternelle des petits. A l’heure de la retraite, pas question, pour elle, de rester inactive. Il lui fallait juste trouver dans quelle ’’aventure’’ se lancer. Pas simple ! Soeur Jean-Luc se voyait bien travailler dans le secteur de la pauvreté. Elle n’avait jamais imaginé être au service des gens du voyage. Et encore moins sillonner les routes du Brabant wallon mais aussi des provinces de Namur et de Luxembourg au volant de son motorhome.
Ses proches étaient inquiets tout comme les soeurs de la Providence de Champion, sa congrégation. C’est que le milieu des gens du voyage n’a pas toujours bonne réputation. Des inquiétudes vite estompées en voyant soeur Jean-Luc Pirson aussi heureuse, aussi rayonnante. Sa mission est pourtant loin d’être simple. Depuis quelques années, elle est en charge pour le vicariat du Brabant wallon des gens du voyage. Mgr Vancottem vient de revoir cette mission en lui confiant, toujours les gens du voyage, mais aussi pour le diocèse de Namur.
Aujourd’hui, la réglementation de la Région wallonne est de plus en plus sévère avec eux. Résultat, ils se sédentarisent. ’’Et ils sont malheureux’’ ajoute soeur Jean-Luc. Ils sont de moins en moins nombreux à vivre dans des caravanes. ’’Les familles vivent dans des maisons. Le plus souvent, tout se passe bien avec le voisinage, explique la religieuse, pour autant que ce dernier ignore que les voisins appartiennent aux gens du voyage. Autrement, la moindre dégradation à un véhicule, le moindre incident est mis à leur actif !’’ Certains ont préféré renoncer à une habitation en dur. Ils ont acheté un terrain et s’y sont installés en groupe, en famille. Des familles qui doivent faire face à d’importantes difficultés financières. ’’Ils aiguisent les couteaux, assurent le rembourrage des fauteuils, ils vendent aussi des ferrailles... raconte soeur Jean-Luc. Difficile de faire vivre la famille. Aujourd’hui, ils travaillent aussi sur les toits mais sans assurance. Et s’il y avait un accident ?’’

Son motorhome : une véritable catéchèse

Soeur Jean-Luc visite ces familles. Elle est chargée du catéchisme des enfants et est une aide à la prière. Pas question de regrouper les enfants pour donner le catéchisme : ils sont disséminés aux 4 coins du diocèse. Il s’agit donc pour soeur Jean-Luc d’organiser des rencontres individuelles qui débutent en avril. ’’Il me faut un mois pour voir tout le monde. Et quand j’ai fini un tour, je recommence.’’ Trois rencontres sont ainsi programmées pour préparer les plus jeunes à la première communion. Des rencontres durant lesquelles, la religieuse va à l’essentiel : qui est jésus ? La découverte de la Parole de Dieu à travers les paraboles et le pain de vie. ’’Mon travail d’institutrice m’aide beaucoup dans les contacts avec les enfants.’’ Son sourire fait le reste chez les plus jeunes tout comme son motorhome ! Ce sont des élèves de l’institut Saint-Luc de Tournai qui ont pris en charge la décoration du véhicule. Sur les flancs : des enfants, des hérissons (symbole des gens du voyage). Des couleurs, des dessins à l’intérieur du véhicule aussi : une véritable catéchèse !
Soeur Jean-Luc sourit en pensant à son motorhome. Pour elle, il est essentiel. Il lui permet de passer dans les camps, de vivre avec ces gens du voyage. Les bons contacts qu’elle a avec les enfants lui permettent de rencontrer les parents, de parler avec eux. Elle a beaucoup prié pour l’obtenir ce véhicule. ’’Cela ne me dérange pas d’aller frapper aux portes, de demander aux gens d’en aider d’autres... mais quand c’est pour moi, j’en suis incapable.’’ Jusqu’au jour où un généreux donateur a croisé sa route. Restait les réticences des proches. ’’Ils m’ont dit : mais comment vas-tu faire pour passer de ta Twingo à un tel véhicule ? Je me suis appliquée et j’ai suivi les conseils comme celui de prendre mes tournants bien larges...’’ Et ça marche ou plutôt ça roule pour soeur Jean-Luc. Elle a encore promis à ses supérieurs de ne pas passer la nuit n’importe où. C’est ainsi que lorsqu’elle est dans la région, soeur Jean-Luc Pirson passe la nuit sur le parking de l’abbaye de Rochefort. ’’Je ne dors jamais aussi bien que quand je suis dans mon motorhome.’’


Lire la suite du témoignage de Christine Bolinne sur le site du diocèse de Namur
© photo Diocèse de Namur

site du diocèse de Namur

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273