Appel décisif – Mousty – 17 février 2013

Nous venons d’entendre S. Paul citer un passage de l’Ancien Testament (Dt) qui nous dit : « La Parole de Dieu, elle est tout près de toi ! ».

Votre présence ici, à vous tous les onze qui demandez le baptême, votre présence manifeste combien c’est vrai : Dieu continue de parler aujourd’hui-même au cœur de l’homme. Vous êtes là parce que vous avez entendu cette parole vous appeler.
En écoutant vos interventions lors de ce beau partage que nous avons eu un soir ensemble sur votre chemin de découverte du Christ, certains ont dit qu’en fait la question de Dieu vous interrogeait depuis parfois bien longtemps. En fait, Dieu parlait déjà à votre cœur. Sans que vous vous en rendiez vraiment compte, sa parole était tout près de vous.
Cet appel au plus intime de vous-même, c’est peu à peu précisé. Certains se sont débattus avec, d’autres ont différé plusieurs fois le moment de se laisser faire. Cette parole de Dieu, elle est aussi passée par la parole d’autres témoins que vous avez rencontrés, qui vous ont interpellés. C’est même parfois vos propres enfants qui vous ont mis à l’écoute du Christ.
Oui, en ces temps où l’on dit parfois un peu vite que ce sont des temps d’indifférence à Dieu, ou de superficialité… vous passiez parmi nous, comme peut-être beaucoup d’hommes et de femmes, et de jeunes passent à nos côtés et dont nous ne soupçonnons même pas qu’une Parole les habite, que Dieu les travaille, que l’Evangile les attire.
Et donc vous voilà cet après-midi pour dire « oui » à cette Parole, à cet appel du Seigneur. Vous voulez commencer avec la communauté chrétienne ce carême qui va vous conduire vers le baptême, la confirmation et l’eucharistie du Seigneur.
Votre désir de devenir chrétien nous interpelle beaucoup. Il nous rappelle une chose fondamentale à laquelle nous les chrétiens de plus longue date nous sommes parfois trop habitués. Une chose sur laquelle le Pape Benoît XVI a régulièrement insisté durant son pontificat et sur laquelle il est revenu justement dans son message de carême. Il nous dit - et vous en êtes les signes vivants – que le christianisme ce n’est pas une grande idée, une théorie sur Dieu et sur l’homme parmi d’autres. Devenir chrétien ce n’est pas d’abord avoir opté pour des valeurs, un système moral. Ce n’est pas croire à quelque chose d’un peu vague et lointain. Etre chrétien c’est avoir fait la rencontre de Quelqu’un, quelqu’un qui est tout proche, quelqu’un qui nous entoure d’un amour qui dépasse tout ce que nous pouvons imaginer. C’est nouer un lien, une relation avec le Christ ressuscité, c’est-à-dire vivant aujourd’hui, et qui nous propose de vivre notre vie désormais avec lui, en lui, comme lui !
C’est à cette aventure, à cette amitié que vous allez dire oui. Oui à cet appel de celui dont nous croyons qu’il sera désormais pour nous le chemin, la vérité et la vie de notre vie. Tout vivre avec lui et en lui.
L’Evangile de ce dimanche nous parle des tentations de Jésus au désert. Il nous rappelle que la foi, c’est un choix. Mais que ce choix est aussi parfois un combat. Et vous le savez bien : aujourd’hui… être chrétien ce n’est pas faire comme tout le monde ! Notre foi sera parfois mise à l’épreuve. Mais l’Evangile nous dit que dans cette mise à l’épreuve, nous ne sommes pas seuls. Jésus a vécu ce combat lui aussi, il sait de quoi il s’agit. Il nous dit qu’être tenté… ce n’est pas le contraire de la foi. Cela fait partie de la foi. C’est même nécessaire pour grandir dans la foi. Et la grande tentation, elle est dans ces mots qui sont prononcés par trois fois par le Tentateur. A chaque tentation, il dit « Si tu es le Fils de Dieu… »… « Si… ». La grande tentation c’est de ne pas prendre Jésus pour ce qu’il est : le Fils de Dieu. La tentation sera de laisser s’affadir en nous la foi. De réduire le Christ à n’être qu’un sage parmi d’autres. D’en faire un vague maître de morale et encore, en atténuant le tranchant de ce que lui appelle l’amour… D’en faire un personnage du passé… et non plus un Vivant, qui accompagne ma vie, qui inspire ma vie, avec qui je peux tout vivre… même mes faiblesses.
C’est pourquoi, un chrétien dans ce combat, dans cet attachement à la personne du Christ a besoin d’être soutenu par des frères et des sœurs. Faire Eglise, pour que nous nous aidions les uns les autres à devenir nous-mêmes des fils et des filles de Dieu. Devenir fils et filles de Dieu en redisant oui chaque jour au Fils de Dieu, à son amour. A son pardon aussi qui nous dit que pour ce Dieu qui se fait si proche, nous ne serons jamais trop loin pour lui.
Il vous appelle aujourd’hui de façon particulière : avec vous, grâce à vous nous allons tous redire oui à ce Dieu dont la Parole est si près de nous. Qu’elle habite notre cœur pour qu’elle puisse aussi être dans notre bouche. Puisqu’ô merveille nos paroles peuvent faire écho à sa Parole ! Qu’il en soit ainsi pour vous et pour nous ! Amen.

+ Jean-Luc Hudsyn

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273