A la rencontre des chrétiens libanais

Ils étaient 41 pèlerins majoritairement de la paroisse Ste-Croix - St-Etienne de Rixensart à s’envoler le 9 mai vers le Liban pour un pèlerinage de 9 jours, sous la houlette du Père Raphaël Aoun, prêtre Antonin Maronite au service de la paroisse.

« Nous avions en effet senti un appel lors de la conférence de Mgr Maroun Nasser Gemayel, évêque des Maronites de France, il y a tout juste un an à Rixensart à venir manifester notre soutien aux chrétiens d’orient par notre présence. Par ailleurs, notre pape François nous exhorte en cette année sainte à effectuer un pèlerinage comme "image du chemin que chacun parcourt au long de son existence" (Misericordiae Vultus). Le thème de ce pèlerinage fut donc tout naturellement "L’Année Sainte de la miséricorde, la terre sainte du Liban".

Ce pèlerinage se voulait à la fois un voyage spirituel et touristique, et le programme était chargé : entre monastères, ermitages, sanctuaires, basiliques, cathédrales, ... d’une part et d’autre part, la découverte de ruines historiques romaines, arabes, grecques, phéniciennes, omeyyades (Byblos, Anjar, Tripoli, Baalbek, Tyr, Sidon), la visite des splendides grottes de Jeita à deux étages, des quelques cèdres millénaires ayant échappé à la déforestation, etc.

Notre périple fut également l’occasion d’entrer en contact avec les chrétiens maronites du Liban qui représentent 30% de la population et de constater l’exemple d’harmonie entre les différentes confessions religieuses qui règne dans le pays. Nous avons entre autres eu l’honneur d’être reçus par le patriarche Maronite, le cardinal Bechara Rahi, qui nous a chaleureusement remercié pour notre présence et notre soutien, car les Libanais chrétiens se sentent seuls, a-t-il ajouté. Il a souligné notre "courage" d’être venus et d’avoir fait le chemin "en sens contraire" des populations du Proche-Orient en ce moment ! Mgr Rahi a déploré en effet que chaque paroisse crée sa propre porte sainte, vers laquelle se tournent les paroissiens au lieu d’aller vers l’extérieur.

Ensuite, notre voyage nous a permis à plusieurs reprises de retrouver Francesco El Khoury, qui desservit notre paroisse pendant 3 ans avant l’arrivée du P. Raphaël et qui est resté très cher au cœur des paroissiens (et inversement). Enfin, un des buts principaux de ce pèlerinage était également de visiter l’école EOS (Ecole Orientation Sociale) de Mrouj, une école-pilote pluriconfessionnelle des Antonins pour enfants défavorisés comprenant un orphelinat et un internat. Notre paroisse avait en effet décidé de parrainer cette école à l’occasion des 40 ans de la création de l’église St-Etienne. Cette étape a profondément marqué nos cœurs car les enfants nous ont réservé un accueil plus que chaleureux qui nous a beaucoup touchés.

D’autres moments intenses furent le passage de la porte sainte au patriarcat maronite et la messe de la Pentecôte en arabe et en araméen, la langue de Jésus, dans la paroisse maronite St-Elie à Antélias, qui a suscité de vives émotions chez certains.
En conclusion, ce qui nous aura le plus surpris, et agréablement surpris, c’est l’accueil qui nous fut réservé partout où nous sommes allés. Nous avons lu la joie et parfois l’étonnement dans les yeux de ceux qui nous croisaient (et qui n’ont pas l’habitude de voir des touristes, comme à Tripoli, par exemple) et nous retiendrons l’espérance qui habite ces chrétiens et l’amour qu’ils portent à leur pays où il n’est pas toujours facile de vivre. En outre, en tant que paroissiens, cette expérience nous a permis de mieux nous connaître, alors que nous nous côtoyons régulièrement pour la plupart sans véritablement nous rencontrer. Pas de doute : l’Esprit Saint nous accompagnait et a permis que nous vivions ce pèlerinage dans la paix et l’harmonie ! »

Texte et photos : Pascale Ewbank

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273