A la rencontre des catéchistes

« Être catéchiste. Témoigner d’une expérience », dans cet ouvrage, publié aux éditions Lumen Vitae, deux enquêtes menées en Belgique et en France par Catherine Chevalier et Joël Morlet permettent de dégager différents profils de catéchistes et leurs priorités.

L’ouvrage rend d’abord compte des résultats de l’enquête menée par le Centre universitaire de théologie pratique (UCL) et les Vicariats de Bruxelles et du Brabant wallon en 2012-2013 auprès des catéchistes de la partie francophone du diocèse de Malines-Bruxelles.
337 réponses sont analysées : profil des catéchistes, modalités de la catéchèse dans lesquels ils sont engagés, leurs ressources et leur formation. L’analyse de correspondance multiple (MCA) fait ressortir les différents profils de catéchistes et leurs priorités, tant sur le fond que sur les formes des catéchèses mises en œuvre.

La deuxième partie de l’ouvrage présente les résultats de l’enquête française réalisée à l’Institut Supérieur de Pastorale Catéchétique de Paris par une équipe de tâche formant à la méthodologie en sociologie.
44 catéchistes des diocèses de Créteil et Nanterre ont été interviewés sur leur expérience et leur mission. Les entretiens ont fait l’objet d’un double dépouillement : l’un à partir de relectures collectives en équipe de tâche, l’autre par informatique pour respecter un dépouillement systématique et formel du corpus d’entretiens.

L’ouvrage conclut sur les convergences, pistes et points saillants qui se dégagent des deux enquêtes : au rapport entre expérience et doctrine, à la relation aux enfants, aux parents, à l’institution ecclésiale et aussi à ce que l’enquête révèle du rapport des catéchistes à leur expérience catéchétique.


« Être catéchiste. Témoigner d’une expérience », Catherine Chevalier et Joël Morlet, Lumen Vitae, Coll. Pédagogie catéchétique n° 32, 120 p., 17 €

En vente au Centre Pastoral, 67 chée de Bruxelles, Wavre - dès mardi 15 septembre 2015


Dominique Greiner sur le blog de la Croix

La rentrée des classes marque aussi la reprise du catéchisme. Mais qui sont les « personnes qui font le catéchisme aux enfants » ? Comment vivent-elles leur engagement et qu’en disent-elles dans un monde où la transmission ne va plus de soi ?
En Belgique comme en France, les catéchistes privilégient une posture de témoin, au détriment d’un apport de contenus… Ils « aiment à parler de Jésus, mais certains avouent avoir bien du mal à aborder la question trinitaire. On a l’impression que c’est une infime part de beauté du christianisme dans son déploiement exhaustif, merveille de sagesse, d’intelligence et de cohérence, qui est proposée aux jeunes », écrivent les auteurs.
Faut-il s’en formaliser ? Pas nécessairement. L’attitude des catéchistes est pertinente dans un contexte sécularisé, quand il faut s’adresser à « des destinataires peu familiarisés avec la foi chrétienne », concluent les chercheurs… À condition, précisent-ils, que l’accent sur le témoignage – la dimension subjective de la foi – ne se fasse pas « au détriment de l’objectivité des médiations » de la foi que sont la Parole, l’Église, les sacrements… Il y a là un enjeu essentiel pour la formation des catéchistes. Une formation qui peut prendre appui sur un réseau de personnes déjà engagées en catéchèse dont certaines sont à l’aise avec les contenus et peuvent aider celles qui démarrent à progresser, estiment les auteurs.
Source

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273