600 ans de procession du Saint Sang : Bois-Seigneur-Isaac jubile

Un temps de grâce rythme la vie de Bois-Seigneur-Isaac et de tous ses chrétiens. Depuis l’année dernière, ce village du Brabant wallon célèbre les 600 ans de la fondation de son Abbaye, de la vénération et de la procession du Saint Sang du Christ. Une série d’activités sont organisées à cette occasion. La conférence faite par le Baron Bernard SNOY, le jeudi 20 février, s’est donc insérée dans une ambiance jubilaire.


Après le mot de circonstance du Père Charbel, Supérieur de la Communauté des moines de l’Abbaye de Bois-Seigneur-Isaac, la parole est revenue au Baron Bernard SNOY. Historien et économiste de formation, il a été administrateur à la Banque mondiale et à la Banque Européenne pour la reconstruction et le développement. Il est également spécialiste des questions européennes liées à l’élargissement à l’UCL et aux Facultés universitaires Saint Louis de Bruxelles. Son propos, foncièrement historique, a revisité les débuts de la vénération du Saint Sang du Christ. Et le contexte général de la naissance de cette dévotion est, selon le conférencier, le Hainaut du Moyen Age. Période marquée par le changement des frontières. Période où le Seigneur Isaac, propriétaire d’un château, s’illustre par son comportement écologique. Pendant que la population en augmentation, abat les arbres, lui s’illustre en les replantant. C’est l’origine du « bois-Seigneur-Isaac » autour de l’année 1100. Bernard Snoy annexe à ces éléments la période de Croisades.

Prisonnier des Sarrasins, le Seigneur Isaac sollicite l’aide de la Vierge Marie. En reconnaissance de la grâce d’un retour sain et sauf de Jérusalem, le Seigneur Isaac érige une chapelle dédiée, depuis lors, à Notre Dame de grâces et de la consolation. Les prières ainsi que les pèlerinages effectuées en ce lieu atteignent leur apogée au 14e siècle avec la peste qui sévit en Europe. C’est dans cette même chapelle que se produit, le 5 juin 1405, le miracle du Saint Sang. Pour le conférencier, ce miracle se produit pendant que le curé du lieu, Pierre Ost, célèbre la messe et découvre un bout d’hostie collé au corporal. Un bout d’hostie portant une tâche de sang liée à une plaie vive. A ce miracle, insiste l’orateur, se greffent une affluence de pèlerins et le début des processions avec la première organisée en 1444. Dans la foulée, en 1413, Jean de Huldenberg sollicite Gilles de Breedeyck, Prieur du Monastère des Sept-Fontaines, pour fonder un monastère à Bois-Seigneur-Isaac, avec quatre religieux. Celui-ci voit le jour en 1418, …

A l’aide d’un vidéoprojecteur, Bernard Snoy illustre chaque étape historique évoquée. Photos, simples représentations des reliques ou des édifices sont proposées à l’assistance. L’émotion et l’intérêt sont palpables. Remontant le temps, l’assistance peut découvrir alors les moines, les prieurs et les curés qui ont marqué leur histoire commune. Des pasteurs qui ont servi et au monastère, et à la chapelle devenue une église en 1534, dédiée à la Vierge et à Saint Jean-Baptiste, à Bois-Seigneur-Isaac. 


Alfred Malanda

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273