Journée mondiale du migrant et du réfugié

Les évêques ont voulu souligner à leur manière la centième journée mondiale du migrant et du réfugié célébrée ce 19 janvier.

La journée mondiale du migrant et du réfugié est une journée, au nom des droits de l’Homme et de la dignité humaine.
Durant la semaine qui précédait cette journée organisée depuis 100 ans à l’initiative de l’Eglise catholique, chaque évêque de Belgique a visité un centre pour demandeurs d’asile.
Mgr Hudsyn était présent jeudi aux « Logis de Louvranges ». Ce centre accueille des femmes demandeuses d’asile, seules ou avec enfants. Il a été créé à Louvranges par Caritas Intenational dans l’ancien couvent des Filles de la Charité qui y y assure toujours une présence fraternelle. Une équipe de responsables et de volontaires a comme projet-clé de mener ces femmes venant d’Afrique, d’Asie, d’Europe orientale comme du Proche Orient à toujours plus d’autonomie.
Aussi cet hébergement allie le caractère individuel du logement (indispensable au respect de la vie privée et familiale) à la vie en communauté. Il propose des moments de rencontre et d’échanges ainsi que des ateliers ludiques et éducatifs.
Les mercredis après-midi les enfants peuvent ainsi participer aux activités concoctées spécialement pour eux et ils bénéficient au quotidien d’un accompagnement scolaire.
De leur côté, les mamans apprennent à parler (ou perfectionner) le français, à entreprendre les démarches administratives de tous ordres. Des séances d’information (avec traducteur) sont également organisées autour de sujets variés tels que le tri des déchets ou l’alimentation saine.
Autant de moments de détente et d’apprentissage qui leur permettent petit à petit de sortir de la solitude, de retrouver la sérénité et de développer des liens sociaux tout en démarrant leur processus d’intégration.
Voici le témoignage de Mgr Hudsyn suite à sa visite aux Logis de Louvranges :
C’est A., une jeune maman venue d’Afrique il y a 18 mois, qui m’a guidé dans le centre et, entourée d’autres mamans, m’a fait découvrir ce qu’elles y vivent. A la fin, elle m’a confié que le moment était venu pour elle de quitter le centre pour aller vivre en appartement. Et comme je lui demandais si cette étape nouvelle ne lui faisait pas trop peur, elle m’a répondu : « Si mais, elles (les responsables) m’ont dit que j’en étais capable »…
Une lettre d’au revoir qu’elle a rédigé pour l’équipe du centre et qu’elle a voulu me remettre en dit long sur ce qu’elle a pu vivre durant ces mois :
« Quand j’ai rencontré le personnel, c’est leur regard qui m’a le plus frappée parce qu’à travers leur regards, je me suis sentie à l’aise. Leurs regards me respectaient mais ne me jugeaient pas. Leurs regards me touchaient mais ne me faisaient pas mal, alors que pour moi à chaque fois qu’on touchait mon corps, c’était pour me faire mal. Et c’est ici dans les Logis que j’ai entendu pour la première fois de ma vie dans la bouche de Mme N. et de Mme A. quelqu’un me dire ‘vous êtes une FEMME (…) tu as droit au bonheur’. Merci. L’arc en ciel l’emporte toujours sur le tonnerre. »

C’est exactement ce que j’ai senti dans l’engagement - qui m’a beaucoup touché - de la part de l’équipe des responsables et des volontaires : ce désir, cette confiance, cette foi inébranlables en ces femmes et en leur capacité - parfois enfouie très loin en elles - de grandir en dignité et en autonomie. Une après-midi bien précieuse pour moi !
+ Jean-Luc Hudsyn

 

Eglise catholique de Belgique
Vicariat de Brabant wallon
chaussée de Bruxelles, 67
B-1300 Wavre
0032 (0)10 : 235 . 260

Secrétariat du vicariat
Eva Calatayud Saorin
0032 (0)10 / 235.273